Le sauvetage périlleux de l’accord sur le nucléaire iranien

Date:

En février dernier, l’Iran a annoncé restreindre l’accès de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) à des installations non nucléaires et des sites militaires sur son territoire. Le but d’une telle manœuvre : faire pression sur les Etats-Unis et la nouvelle administration. L’accord sur le nucléaire iranien, déjà fragilisé par le retrait américain, semble être dans une impasse. 

En quoi consiste l’accord ? 

L’Iran aurait commencé à développer son propre programme nucléaire dès le début des années 2000. La communauté internationale soupçonne alors la république islamique de vouloir se doter de l’arme nucléaire. Les années suivantes, l’Iran poursuit ouvertement le développement de son programme nucléaire, mais assure qu’elle le réserve à un usage civil et non militaire.

En effet, seul le nucléaire civil, à savoir la création d’énergie nucléaire au sein des centrales, est autorisé. Le développement du nucléaire dans un but militaire est interdit par le traité de non-prolifération nucléaire de 1968, signé par l’Iran. Seuls la Russie, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Chine ont le droit d’acquérir la bombe atomique. Ce traité reste toutefois limité et d’autres Etats comme l’Inde se sont dotés de l’arme en question.

Pourtant, l’Iran a de bonnes raisons de vouloir se doter de l’arme nucléaire. Israël, son grand rival régional, possède la bombe atomique depuis quelque temps déjà. Par ailleurs, obtenir l’arme nucléaire serait un moyen pour l’Iran de gagner en influence dans la région. 

Ainsi, l’Europe, notamment l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, négocie depuis les années 2000 avec l’Iran. C’est ensuite au tour de la Chine, de la Russie et des Etats-Unis d’intervenir afin de limiter le développement du programme nucléaire iranien. L’accord de 2015, dit “l’accord de Vienne”, vient donc finaliser une dizaine d’années de négociations avec l’Iran. 

Cet accord s’inscrit dans une volonté de redéfinir les relations diplomatiques avec l’Iran, consistant en d’importantes sanctions économiques datant de 1979. En pleine révolution islamique, des étudiants iraniens prennent en otage une cinquantaine de diplomates et civils américains à l’ambassade américaine de Téhéran, qu’ils soupçonnent d’espionnage. La crise des otages dure un an et demi, et les Etats-Unis décident de rompre toute relation avec l’Iran. Par ailleurs, ils gèlent les avoirs iraniens à l’étranger (150 milliards de dollars) et mettent fin à tout échange de biens et de services avec l’Iran. Quinze ans plus tard, en 1995, l’Iran est mis sur liste noire par les Etats-Unis, qui accusent le pays de soutenir des groupes terroristes. Les Etats-Unis interdisent alors aux compagnies pétrolières du monde entier d’investir dans le pétrole iranien, sous peine de subir des sanctions commerciales. Enfin, de 2006 à 2008, face à la menace d’une arme nucléaire iranienne, c’est au tour de l’Europe de mettre en place des sanctions économiques à destination de l’Iran.

L’accord de Vienne de 2015 s’articule autour de trois axes majeurs : la limitation du programme nucléaire pendant au moins dix ans, la levée des sanctions internationales contre l’Iran, et le renforcement des contrôles. Par exemple, les avoirs gelés sont débloqués, et des plafonds pour limiter l’enrichissement de l’uranium et la production de plutonium (éléments nécessaires à la fabrication d’une arme nucléaire) sont imposés. 

L’accord est fragilisé en 2018 avec le retrait américain orchestré par Donald Trump,  déploré par les autres grandes puissances. L’ancien président américain a toujours critiqué l’accord de Vienne, qu’il jugeait, selon ses mots, “désastreux”. Il décide de manière unilatérale de se retirer de l’accord, et de relancer les sanctions contre l’Iran. Cette décision à sens unique a éloigné les Etats-Unis de ses alliés du conseil de sécurité de l’ONU (France, Royaume-Uni, Chine, Russie). Cependant, une telle manœuvre a rapproché les Etats-Unis de ses alliés dans la région, à savoir Israël et l’Arabie Saoudite, tous deux rivaux de l’Iran.

Quel futur pour l’accord de Vienne ? 

L’élection de Joe Biden en 2020 pourrait être synonyme de changements pour la diplomatie iranienne. Le président fraîchement élu a déjà pris plusieurs mesures en termes de politique étrangère au Moyen-Orient, notamment concernant le Yémen et l’Arabie Saoudite, et pourrait faire en sorte que les Etats-Unis réintègrent l’accord. L’Iran l’a bien compris, et a annoncé le 23 février qu’il limiterait l’accès des enquêteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique à certains de ses sites. Le but ? Faire pression sur l’administration Biden, pour la pousser à lever les sanctions économiques. 

Depuis le retrait américain en 2018, l’Iran n’a cessé de violer les termes de l’accord de Vienne, par exemple en dépassant les plafonds imposés concernant la production de plutonium. Ici, l’enjeu est clair : si l’accord n’est pas ratifié par les Etats-Unis et si les sanctions internationales ne sont pas levées, alors l’Iran continuera à franchir les limites établies en 2015 quant au développement de son programme nucléaire. Dans le cas contraire, l’Iran s’engage à sauver l’accord. 

Face à la menace de voir l’Iran obtenir l’arme nucléaire dans les mois à venir, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont proposé des pourparlers à Téhéran, auxquels les Etats-Unis ont accepté de participer. Seulement, la république islamique a décliné temporairement l’invitation à la réunion, estimant que le moment n’était pas approprié. En réalité, l’Iran attend que le président Biden fasse le premier pas et lève les sanctions. 

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Renforcement de la Stratégie de dissuasion Corée du Sud-États-Unis face à la menace nucléaire Nord-Coréenne

Analyse approfondie de la récente mise à jour de la Stratégie sur mesure de dissuasion entre la Corée du Sud et les États-Unis, visant à contrer les menaces nucléaires et balistiques de la Corée du Nord.

Déchets nucléaires à Bure : Une décision majeure sur les droits des générations futures

Le débat sur les déchets nucléaires s'intensifie, particulièrement à Bure, où un projet controversé d'enfouissement de déchets hautement radioactifs est à l'étude depuis plus de deux décennies. Le projet Cigéo vise à stocker ces déchets 500 mètres sous terre, une décision soutenue par le gouvernement, mais qui fait face à de vives critiques.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.