L’OMS réaffirme l’efficacité des vaccins malgré l’augmentation des infections liées au variant BA.5

Date:

Le mardi 26 juillet, l’OMS a fait un nouveau point sur la COVID 19 alors que le nombre de cas est en train d’augmenter. L’organisation onusienne a évoqué la situation épidémique, les sous-variants d’omicron, ainsi que le Covid long. Elle a également parlé des urgences de santé publique de portée internationale. 

Juste après un épisode caniculaire à Genève, le directeur du programme d’urgence sanitaire de l’OMS, le Dr Mike Ryan et la responsable technique de la lutte contre la Covid-19, le Dr Maria Van Kerkove, ont fait un point sur la pandémie de COVID-19 dans les bureaux de l’organisation onusienne, le mardi 26 juillet. 

Une augmentation du nombre d’infections

La Dr Maria Van Kerhkove a affirmé qu’« il était important de continuer de parler de Covid » surtout que « nous assistons à une augmentation du nombre de cas pour la cinquième ou sixième semaine consécutive ». « La semaine dernière, 6,6 millions de cas ont été signalés.»

Ces augmentations sont concentrées dans quelques zones sensibles. Selon le Dr Van Kerhkov, « Parmi ces cas recensés la semaine dernière, un tiers d’entre eux provenaient d’Europe, un tiers provenait d’Asie du Sud-Est et un tiers provenaient des Amériques. » 

D’après elle, cette augmentation est liée « au variant Omicron, qui domine mondialement et il y a beaucoup de sous-variants ». Le sous variant BA.5 concernerait la moitié des séquençages réalisés lors des 4 dernières semaines. 

Pour Mme Van Kerkhove, cette augmentation vient également d’« un mélange intense d’individus en l’absence de mesures d’atténuation, en l’absence de port du masque et de distanciation sociale ». Elle a noté que cette augmentation avait eu lieu alors que la couverture vaccinale augmentait et elle a concédé que le vaccin ne protège pas bien contre les infections liées à Omicron et à son sous variant BA.5.

Une augmentation du nombre de décès

L’OMS a également constaté une augmentation des décès au court des cinq dernières semaines.

Elle en a décompté plus de 12 600 la semaine dernière, 12689 précisément. 

La Dr Van Kerkhove affirme que « La moitié des morts sont rapportées aux Amériques et 33 % proviennent d’Europe ». 

Parmi les 50 pays qui ont signalé des décès, 35 d’entre eux ont enregistré une augmentation de plus de 100 %. Certains pays ont connu un petit nombre de décès, mais trois autres ont enregistré une augmentation de plus de 1000 %. 

« Ce que nous comprenons, c’est que les personnes qui meurent sont les personnes qui ne sont pas vaccinés. Et si nous regardons plus en profondeur, il faudrait voir la proportion des personnes vaccinées qui ont plus de 60 ans et combien de doses elles ont reçues » selon Mme Van Kerkhove. Pour l’OMS, ces personnes n’auraient pas reçu le nombre suffisant de doses. 

L’OMS réaffirme l’utilité de la vaccination malgré l’augmentation des infections et des décès

Le Dr Mike Ryan a affirmé que « Les pays qui résistent bien à l’augmentation du nombre de morts sont les pays qui se concentrent sur le vaccin, c’est évident dans les données, même si ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de percée infectieuse ». Il reconnaît que l’apparition de « variants génétiquement assez éloignés des premiers virus » pose problème. M. Ryan a cité le cas de la « Nouvelle-Zélande, qui a connu une forte augmentation du nombre globale d’infections et d’hospitalisations quand le variant Omicron est arrivé ». 

La Dr Van Kerkhove a réaffirmé que « la vaccination protégeait des formes graves », même si le vaccin ne protégeait pas bien de « l’infection ou de la réinfection ». « Nous verrons des vagues d’infections, mais cela ne signifie pas que nous aurons des vagues de décès accrues ».

La vaccination permet de protéger les organes intérieurs, pas les voies supérieures. 

Le Dr Mike Ryan a donné une nouvelle explication : « La vaccination permet de vraiment protéger vos organes intérieurs », mais elle ne protègerait pas très bien les voies respiratoires. « Vous pouvez attraper une infection localisée dans votre nez et vous pourriez vous sentir malade, vous pourriez avoir de la fièvre », a-t-il affirmé.

Il a cité l’exemple de la polyomyélite : « Le vaccin injecté contre la polio protège les enfants de la paralysie, mais il ne les protège pas contre l’infection. Nous utilisons le vaccin antipolio injectable afin de prévenir la paralysie, et le vaccin oral pour prévenir l’infection. » 

M. Ryan a déclaré que « Les vaccins actuels (contre la Covid) ne protègent pas les voies respiratoires, mais les labos poursuivent leur travail de développement et des essais sont réalisés pour administrer des vaccins par voies nasales avec des pulvérisateurs qui seraient susceptibles d’offrir une meilleure protection pour prévenir les infections. »

Le Dr Mike Ryan a toutefois affirmé que si « Nous n’avons pas encore ces vaccins, nous avons ceux qui comptent vraiment, ceux qui protègent des formes graves et de la mort », rappelant qu’au plus fort de la pandémie, « plus de 100 00 personnes mouraient chaque semaine ». « C’était avant l’introduction des vaccins et au fil du temps, plus de 12 milliards de doses ont été administrées et nous ne voyons plus de vagues de décès suivre les vagues d’infections. »

Le Dr Mike Ryan a affirmé que « le vaccin stimule le système pour développer sa propre protection ». « Il exploite la merveilleuse biologie des humains. » Selon lui, le vaccin permet également de réguler la « réponse excessive du système immunitaire ».

Il indique toutefois que « les personnes âgées ou immunodéprimées peuvent perdre cette immunité, c’est pour cela que nous surveillons la façon dont cette immunité est maintenue au fil du temps. » « C’est pour cela que les gouvernements font appel à notre jugement, pour savoir s’il faut ajouter un rappel à une population plus jeune, parce que nous voyons que l’immunité peut diminuer, les gouvernements nous consultent avant d’introduire un booster ».

L’OMS se félicite des progrès scientifiques

Le Dr Mike Ryan a rappelé que « Jamais dans l’histoire de l’humanité la science n’avait livré aussi rapidement des solutions qui fonctionnent vraiment ». « Mais même lorsque nous développons rapidement la solution, nous n’avons pas été capables d’empêcher des tragédies, par notre incapacité à distribuer ces produits qui sauvent des vies. »


Selon le Dr Van Kerkhov, « La science n’a pas commencé en 2020 ». « Il y avait déjà eu le développement de vaccins contre le MERS ou le SRAS et avant cela, la collaboration des scientifiques. »

Comme le Dr Ryan, elle attend des « vaccins qui se concentrent sur l’infection et pas seulement sur les maladies graves et la mort ». 

Mme Van Kerkhov a également regretté que « les activités de surveillance (aient) diminué dans de nombreux pays » , rappelant que « plus le virus circule et plus il a la possibilité de muter ». 

Elle souligne que cette diminution du nombre de séquencages empêche de suivre l’évolution des sous variants d’Omicron qui « sont des variants préoccupants », comme le variant BA.5 ou le variant BA.2.5 qui se développe en Inde. 

Le Covid long 

Les cadres de l’OMS ont ensuite abordé la question du Covid Long. Maria Van Kerkhov en a donné une définition : « c’est quand trois mois après l’infection aigüe, une personne recommence à avoir des symptômes, parfois différents. Cela peut affecter le cerveau, le cœur, les poumons, cela peut affecter le système nerveux, la santé mentale. » 

Selon Mike Ryan « les nombreuses personnes qui souffrent du Covid long ont le sentiment d’être dans un brouillard cérébral, d’avoir un manque d’énergie, de tolérance à l’exercice (…) C’est important quand on considère les milliards de personnes qui ont été exposées à ce virus ». 

Mme Van Kerkohv pense que le variant BA.5 provoquera également des Covid longs. « La question s’était déjà posée avec le variant Delta, et c’était bien le cas », a-t-elle affirmé. 

Selon la responsable technique de la lutte contre la Covid-19, « Nos estimations sont qu’une ou deux personnes sur 10 continueront à développer un Covid long ». Selon elle, la vaccination réduirait le risque de développer une telle forme de la maladie. 

Le Dr Mike Ryan a concédé que « Nous ne connaissons encore pas bien les conséquences du Covid long », mais il a parlé de ses conséquences « physiologique, physique et psychiatrique ».

Les conséquences psychologiques de la pandémie

Conséquences qui ne concernent pas uniquement les personnes souffrant de cette version longue de la maladie. « Si vous avez été sous respirateur, vous avez traversé le stress psychologique, physiologique, des soins intensifs » a déploré le Dr Ryan. 

Il a évoqué « l’impact psychiatrique, psychologique et les facteurs psychosociaux » qui ont provoqué « anxiété, insomnie, détresse traumatique » chez les gens instables, mais aussi dans le reste de la population, invitant à faire preuve « d’empathie » afin d’aider les personnes souffrant de troubles psychologiques. 

Les effets secondaires du vaccin

Les docteurs de l’OMS ont ensuite évoqué les « effets indésirables qui suivent l’immunisation ». « Certaines personnes peuvent avoir un choc anaphylactique, c’est pourquoi les gens restent entre 15 et 30 minutes après la vaccination, les gens ont souvent des rougeurs et des gonflements » a concédé Mike Ryan, ajoutant qu’une petite minorité « développe des maladies », mais que « les bénéfices étaient supérieurs aux risques ». 

Les recommandations de l’OMS 

M. Ryan et Mme Van Kerhhov en ont profité pour rappeler les directives de l’OMS.  L’organisation onusienne  préconise toujours d’utiliser des purificateurs d’air, d’appliquer les distanciations sociales et de continuer à porter des masques en intérieur. « Nous avons négocié la semaine dernière un nouveau traité sur les pandémies avec beaucoup de monde dans la salle, tout le monde portait un masque » a souligné le Dr Van Kerkhov. 

L’Organisation mondiale de la santé insiste sur le fait que les soignant.e.s, les personnes âgées et les personnes à risques devraient toutes et tous être vaccinés. 

Les urgences de santé publique de porté internationale 

Le Dr Mike Ryan a évoqué les « trois urgences de santé publique internationale », affirmant que « La variole du singe n’est pas à la même échelle que la Covid mais c’est une maladie profondément inquiétante ». Selon lui, si le directeur général de l’OMS l’a déclaré comme une urgence de santé publique de porté internationale, c’est pour faire réagir l’opinion publique et les dirigeants du monde entier. 

« Avec l’OMS, nous répondons à travers le monde à 46 urgences. 10 d’entre elles sont au plus haut niveau et trois sont des urgences de santé publique de portée internationale, mais nous traitons constamment différentes urgences comme la crise sanitaire et nutritionnelle dans la corne de l’Afrique, la crise ukrainienne, l’Afghanistan, et tant d’autres choses auxquelles nous sommes confrontés », a-t-il affirmé.

« Il y a beaucoup d’instabilité, beaucoup de guerres et beaucoup d’États qui ne peuvent fournir une éducation adaptée aux soins de santé, nous avons un degré de stress climatique avec une pénurie d’eau qui est à l’origine de maladies infectieuses », a ajouté le Dr Ryan avant de souligner que « Nous avons eu la plus grande épidémie de fièvre jaune en Afrique en 20 ans ». « Nous venons de dépasser le sommet la semaine dernière, mais cela ne fait pas la une des journaux alors que la fièvre jaune est une maladie mortelle. »

Il a également évoqué les épidémies de « choléra » et de « dengue ». « Il y a beaucoup à faire pour se préparer à répondre à ces maladies ». 

Le Dr Ryan a déploré « les milliards de dollars dépensés chaque année pour inventer, produire et distribuer des armes afin de s’entretuer ». « Nous n’investissons pas la moitié pour le bonheur humain », a-t-il regretté.

Il avoue que cela le « désespère » ou le « déprime », « mais en même temps, je vois le merveilleux, comment les êtres humains peuvent être ingénieux, innovants, comment ils peuvent être les uns envers les autres, et je me demande quel côté de notre nature va l’emporter ». 

Selon Mike Ryan, « Ce que nous voyons est la conséquence d’un manque d’investissement dans les systèmes de santé, c’est une conséquence d’une approche négligente de la gestion de notre environnement, de la façon dont nous élevons les animaux et nous déplaçons dans le monde ». 

Il a invité les jeunes « à discuter de ces choses » qui « doivent devenir des enjeux électoraux ». « Ce sont des questions à poser aux gouvernements pour qui nous votons ». 

Le Dr Van Kerhkhove a quant à elle comparé l’OMS aux pompiers qui se battent actuellement contre les incendies avant de critiquer les « réductions de budgets aux cours des deux dernières années qui sont insensées ». 

« Si les personnes qui testent les virus n’ont pas d’emploi, nous n’avons pas de systèmes, car nous en avons besoin pour la Covid, mais aussi pour la variole du singe, la fièvre jaune, l’hépatite aigüe d’origine inconnue des enfants et pour la grippe.»

Elle a évoqué les chercheurs et les personnels de Santé qui « sont épuisés et qui ont besoin d’une pause après deux ans et demi de Covid » ajoutant que beaucoup d’entre eux « travaillent aussi sur la variole du singe, sur Marburg, sur la fièvre jaune ».

Maria Van Kerkhov a appelé les gouvernements à « faire évoluer les systèmes dont nous avons besoin pour faire face aux menaces auxquelles nous sommes confrontés ». « Les urgences sanitaires c’est quelque chose que nous utilisons comme une alarme », a-t-elle conclu. 

Gregory Fiori
Gregory Fiori
Ex-rédacteur en chef

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Pfizer ne connaissait ni l’efficacité de son vaccin anti covid, ni ses effets indésirables et secondaires à long terme

L’ONG Sud-Africaine Health Justice Initiative qui réclamait l’accès aux contrats des vaccins anti Covid signés par le gouvernement de son pays avec les groupes pharmaceutiques a obtenu gain de cause auprès de la justice et les a publié sur Internet. On apprend notamment que Pfizer ne connaissait ni l’efficacité de son vaccin ni les effets indésirables et secondaires à long terme, mais ne s’en souciait guère, puisqu’une clause indiquait que « l’acheteur serait responsable de tous les coûts liés à tout rappel ou retrait du marché du produit ». 

Monaco : Les derniers variants de Covid ne nécessitent pas « d’imposer de mesures contraignantes » selon le conseiller-ministre Christophe Robino

Le conseiller-ministre pour les affaires sociales et la santé, Christophe Robino, est revenu sur les derniers variants de Covid-19 en circulation, qui ne nécessitent pas d’imposer des mesures contraignantes.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.