L’OMS et les Nations unies veulent mettre en pause l’infodémie

Date:

Le mercredi 21 octobre 2020, les Nations unies lançaient la campagne #Marquonsunepause pour lutter contre la désinformation en matière de Covid-19. Celle-ci fait partie de l’initiative « vérifié » qui a été lancée en mai 2020 par le département de la communication globale de l’ONU qui vise à fournir des informations sur la Covid-19 qui peuvent sauver des vies et des exemples de ce que l’humanité fait de mieux ». Dans le cadre de cette initiative, l’ONU a travaillé  en partenariat avec l’agence Purpose qui est une des principales agences mondiales en matière d’impact social et qui a été rachetée au mois de février 2020 par Capgemini, société que vient de rallier le macroniste Thibaud Frossard. Du côté de l’OMS, c’est la Française Sylvie Briand, qui mène la lutte contre la désinformation. En Europe, les Nations unies et l’OMS pourront bientôt s’appuyer sur le Digital Service Art, qui vise à lutter contre les messages de haine et les fake news, qui a été soutenu par Thierry Breton et Cédric O. durant la Présidence française de l’Union européenne (PFUE). 

Au début de la pandémie de Covid-19, les fake news ont été légion. Environ 2 millions de tweets contenant des théories du complot sur le coronavirus ont été publiés sur une période de trois semaines entre janvier et février 2020, selon un article du Washington Post qui citait un rapport non publié du US Global Engagement Center.

Une publication qui avait été partagée 16000 fois sur Facebook conseillait par exemple aux utilisateurs des Philippines de « garder la gorge humide », d’éviter les aliments épicés et de « faire le plein de vitamine C » afin de prévenir la maladie. Ces informations étaient censées provenir du ministère de la Santé du pays, mais ce n’était pas le cas. Le même type de fake news avait circulé sur Facebook et WhatsApp au Canada, au Pakistan et en Inde.

Une multitude de vidéos montrant des Chinois en train de manger des chauves-souris avaient été publiées. Dans l’une d’entre elles, une femme chinoise souriante tenant une chauve-souris cuite devant la caméra affirmait que cela avait le goût de « viande de poulet ». Cette vidéo qui était censée avoir été tournée à Wuhan avait en fait été tournée en 2016 à Palau, un archipel de l’ouest de l’océan Pacifique.

La réponse de l’OMS à la désinformation

Sur Internet, l’ail avait même été présenté comme une protection contre le Coronavirus au même titre que le savon. En réponse, l’OMS avait sorti une publicité pour démentir l’information. Cela avait fait réagir le directeur général de l’OMS, le Dr Tédros, qui avait affirmé : « Nous ne combattons pas seulement une épidémie ; nous combattons une infodémie. » Par ce néologisme qui est une contraction des mots « information » et « épidémie », le directeur général de l’OMS désignait la propagation rapide et étendue d’informations à la fois précises et inexactes sur la maladie. 

La directrice de la gestion des risques infectieux au Programme des urgences, Sylvie Briand a dirigé la création du Réseau d’information sur les épidémies, une stratégie visant à lutter contre l’infodémie qui se propageait en ligne. 

Lors dune conférence de presse organisée le 17 août, elle affirmait qu’« à chaque pandémie il y a de la désinformation ». « Ce qui la rend plus difficile à combattre, c’est le fait que maintenant une grande partie de la population mondiale est connectée grâce aux réseaux sociaux. »

Elle expliquait que l’OMS travaillait « de manière étroite avec les communautés et en particulier dans le cadre de la variole du singe, avec les hommes qui ont des rapports avec des hommes ». 

Mme Briand ajoutait qu’« il y a beaucoup de travail qui a été fait avec les plateformes des réseaux sociaux pour essayer de trier et de sélectionner les informations pertinentes et exactes, afin que les gens puissent avoir accès à ces informations plus facilement, et avoir les outils pour comprendre si les informations sont exactes ou non et les aider à acquérir non seulement des connaissances saines, mais aussi cette culture numérique où ils peuvent distinguer la désinformation de l’information exacte ».

Sylvie Briand et ses collègues ont surveillé de près les réseaux sociaux et la désinformation depuis le début de la pandémie. 

À l’époque, la responsable des réseaux sociaux au département des communications de l’OMS, Aleksandra Kuzmanovic déclarait que «La lutte contre les infodémies et la désinformation forment un effort conjoint». « Dans mon rôle, je suis en contact avec Facebook, Twitter, Tencent, Pinterest, TikTok, ainsi qu’avec mes collègues du bureau chinois. Lorsque nous voyons des questions ou des rumeurs se répandre, nous les écrivons, nous retournons voir nos collègues chargés de la communication des risques, puis ils nous aident à trouver des réponses fondées sur des preuves. »

Facebook a par exemple déclaré qu’il interdisait les publicités présentant des remèdes contre la Covid.

De son côté Google a créé une alerte SOS sur la Covid-19 dans les six langues officielles de l’ONU et s’est développé dans d’autres langues pour assurer que les premières informations que le public reçoit proviennent du site Web de l’OMS et des comptes de médias sociaux de l’OMS et du Dr Tedros. 

Dans un tweet publié le 3 mars 2020, le Directeur général de l’OMS affirmait : « Content de voir Google offrir ses outils pour soutenir la réponse mondiale contre la Covid-19 ». « L’OMS vous remercie pour votre recherche SOS sur le Coronavirus orientant les utilisateurs vers des informations fiables. » 

La réaction des Nations unies face au Fake news

Partant du constat que la pandémie de Covid-19 déclenchait « une ‘urgence de communication’ causée par de fausses informations diffusées sur les réseaux sociaux », le Secrétaire général des Nations unies avait lancé le 21 octobre 2020 la campagne #PledgetoPause ou #Marquonsunepause dans la langue de Molière, afin de lutter contre la désinformation.

« Pendant la pandémie de Covid-19, une mauvaise information peut être mortelle. Prenez l’engagement de faire une pause et d’aider à arrêter la propagation de la désinformation », déclarait-il dans un tweet posté le même jour.

Ce message, qui commençait par une pause de cinq secondes a été partagé sur les comptes Twitter et Instagram d’Antonio Guterres. Il était conçu selon un communiqué des Nations unies « pour être reproduit par d’autres dirigeants, influenceurs et membres du public ».

Dans ce communiqué les Nations unies affirmaient que leur président avait lancé cette campagne « dans le cadre d’efforts plus larges pour créer ce que l’ONU espère être ‘une nouvelle norme des médias sociaux’ pour aider à lutter contre l’impact de la désinformation virale ». 

Selon l’ONU, « La campagne est basée sur des recherches qui indiquent que prendre une brève pause avant de partager des informations peut considérablement réduire l’envie de partager des contenus choquants ou émotionnels et ralentir la propagation de la désinformation ». 

Les Nations unies précisaient que « #Marquons une pose vise à accroître l’éducation aux médias, afin que les utilisateurs des médias sociaux puissent repérer la désinformation et s’empêcher de la transmettre. »

En avril 2020, le Secrétaire général des Nations unies a lancé l’initiative de réponse des Nations unies en matière de communication pour lutter contre la propagation d’informations fausses et trompeuses. Les Nations unies ont également publié le 11 mai, une note d’orientation sur la manière d’aborder et de contrer le discours de haine lié à la Covid-19 . 

Une campagne visant à briser la chaîne de la désinformation 

#Marquonsune pause fait partie de « Vérifié», une initiative lancée par le Département de la communication globale de l’ONU en mai 2020 qui « vise à fournir des informations sur la Covid-19 qui peuvent sauver des vies et des exemples de ce que l’humanité fait de mieux ». Il est à noter que cette campagne a été lancée en partenariat avec l’agence Purpose qui est une des principales agences mondiales en matière d’impact social et qui a été rachetée au mois de février 2020 par le géant français des Services et Conseil en informatique français Capgemini. Société que vient d’ailleurs de rallier le macroniste Thibaud Frossard, en tant que directeur de cabinet du directeur général, AIman Ezzat. 

L’ONU la décrit comme « la première campagne mondiale de changement de comportement sur la désinformation, pour mobiliser les experts et les chercheurs, les gouvernements, les influenceurs, la société civile, les entreprises, les régulateurs et les médias ». 

Le 21 octobre 2021, la cheffe du Département des communications mondiales de l’ONU, Mélissa Fleming affirmait : « Le COVID-19 n’est pas seulement une crise sanitaire, mais aussi une urgence en matière de communication. »

Selon Mme Fleming, « Il est de plus en plus clair que nous ne pouvons pas lutter avec succès contre la pandémie sans également lutter contre la désinformation en ligne ». « Chacun d’entre nous peut aider à briser la chaîne de la désinformation en faisant une pause avant de partager. »

Mme Flemming ajoutait le 30 septembre 2020 que « Nous travaillons avec des plateformes de médias sociaux, nous avons recruté des volontaires, qui sont comme des secouristes numériques à travers le monde, des membres du public qui communiquent pour nous dans leurs communautés avec le contenu que nous fournissons ». Les Nations unies auraient notamment collaboré avec TikTok, Facebook et Twitter. 

Dans son communiqué publié le 21 octobre 2021, les Nations unies précisaient que « La campagne #Marquonsunepause vise à atteindre une audience mondiale d’un milliard en ligne et par le biais de partenariats, d’ici la fin décembre ».

Elles indiquaient également que « Les collaborateurs de la société civile qui soutiennent #Marquonsunepause comprennent des organisations du monde entier qui luttent contre la désinformation, telle que Chequeado, Newschecker.in et First Draft ». « Des organisations médiatiques africaines telles que MultiChoice et Yuvaa aident également à diffuser les messages de la campagne. »

Global Citizen, l’organisation internationale de citoyens engagés qui œuvrent ensemble pour mettre fin à l’extrême pauvreté, d’ici à 2030, et qui a été créée par l’Australien Hugues Evans avait également rejoint la campagne #Marquonsunepause en appelant ses membres a envoyer un tweet en guise de solidarité. 

L’ONG qui collabore avec de nombreuses agences des Nations unies comme le FIDA (Fonds international pour le développement de l’agriculture ou le Fonds des Nations unies) avait organisé le 25 septembre 2021 des mégaconcerts à travers le monde, afin de réunir un milliard de doses de vaccins pour l’Afrique.

Les Nations unies viennent de faire une piqure de rappel sur leur compte LinkedIn. Elles rappellent que « Ce que nous partageons en ligne peut avoir des conséquences dans le monde réel ». « La diffusion de fausses informations peut faire en sorte que les gens ne soient pas informés, sans protection et peut mettre des vies en danger pendant les crises. »

Afin de lutter contre la désinformation, les Nations unies invitent les internautes à télécharger leurs ressources disponibles sur leur site Internet et à les partager. Elles encouragent également les utilisateurs des réseaux sociaux à utiliser le hashtag #réfélchissezavantdepartager et de tagger leurs publications sur Twitter à l’aide du tag @UN et du Tag @unitednations pour Facebook et Instagram. 

L’ONU demande également « aux dirigeants, aux influenceurs et aux individus de prendre part au ‘Selfie vidéo’ #Marquonsunepause ». Les internautes sont invités à bouger avant de « marquer une pause silencieuse de 5 à 10 secondes ». 

Les Nations unies et son agence veulent lutter contre la désinformation et les Fake News. En Europe, elles pourront certainement s’appuyer sur le Digital Service Act qui vise à lutter contre les messages de haine et les Fake news qui doit être approuvé en septembre et qui avait été soutenu par Thierry Breton et Cédric O. durant la Présidence française de l’Union européenne (PFUE)

Gregory Fiori
Gregory Fiori
Ex-rédacteur en chef

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Séisme au Maroc : Bilan et réponse internationale

Un séisme de magnitude 7 a frappé le Maroc dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 septembre. Selon un bilan provisoire émanant du ministère de l'Intérieur marocain, la catastrophe a déjà coûté la vie à au moins 1 037 personnes, en a blessé 1 204 autres, dont 721 sont dans un état critique. Plus de 300 000 personnes sont impactées d'après les Nations unies, qui ont déjà proposé leur aide.

Rentrée scolaire décalée au 18 septembre : Les Fake News continuent de prospérer sur TikTok

Les fake news demeurent une préoccupation croissante sur les réseaux sociaux, en particulier sur TikTok, une application chinoise qui a vu une augmentation alarmante de la propagation de fausses informations. Les jeunes utilisateurs semblent moins enclins à vérifier la crédibilité des sources, ce qui ouvre la porte à la diffusion de rumeurs et de désinformation.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.