« Coiffeur c’est bien, barber c’est mieux » par Naavbarber 

Date:

Quentin Navarro, de son alias Naavbarber, est un coiffeur/barbier qui exerce dans son propre salon. À seulement 18 ans, il a quitté la maison de ses parents dans l’ouest lyonnais pour investir son propre business dans le 6e arrondissement de Lyon. Il fait partie de cette nouvelle génération de barber (barbier 2.0 NDLR) qui tente d’évoluer entre la notoriété des réseaux sociaux et les salons conceptuels. C’est dans son propre établissement qu’il nous a reçus cette semaine.

À seulement 18 ans, Quentin expérimente le métier de barbier depuis 3 années dans plusieurs salons de la région lyonnaise. Plus qu’un métier, la coiffure est pour lui une passion, une culture à part entière. Il cultive tout cela depuis le collège.

La coiffure envers et contre tous

Dès le collège à Saint-Laurent-de-Chamousset dans l’ouest lyonnais, l’adolescent prend la décision de faire quelques stages en coiffure : « pendant que les autres élèves étaient en voyage scolaire, j’allais en stage. Ils se sont tous bien passés et ça m’a conforté dans mon idée d’en faire réellement quelque chose ». Après avoir obtenu son brevet des collèges, il part, contre l’avis de ses proches, dans un CAP Coiffure au CFA de Mably vers Roanne. Dans sa volonté d’apprentissage, il souhaite enchaîner sur un BP et tente l’aventure sur Lyon. Il trouve une école ainsi qu’une entreprise, mais le patron de cette dernière le prévient deux jours avant le début de son contrat qu’il n’a plus « besoin » de lui. Il décide de se lancer dans son propre projet juste après : « Il m’a laissé en plan et malgré ma grande détermination, tout cela m’a un peu dégouté, démotivé à passer mon diplôme. Je savais que cette formation n’était pas nécessaire dans mon travail donc j’ai voulu directement créer mon propre projet professionnel ».

Rien de mieux pour lui que de revenir coiffer là où tout a commencé : le garage de ses parents.

« Mon premier cobaye, c’est mon meilleur ami, sur un tabouret dans le sous-sol de chez moi. Au début, il m’avait demandé une coupe sans sabot avec les cheveux longs sur le dessus, mais il avait les cheveux fins et très raids. Je l’ai vraiment loupé. Avant de me professionnaliser, ça a donné de sacrés ratés (rires) »

Décembre 2021 : là où tout bascule

Il coupe, tond, rase et lave chez lui une clientèle fidèle et dense de mai 2021 jusqu’à la fin de cette même année. Sa démarche de professionnalisation est déjà en route. Il crée son alias « naavbarber » sur Instagram et ses proches le soutiennent de plus en plus dans son projet. Au début du mois de décembre, ses parents souhaitent lui faire un cadeau pour Noël. Quentin n’hésite pas et leur demande d’aménager une pièce où il pourra créer son propre salon dans le garage de la maison familiale. Les travaux prennent un petit mois et l’artiste emménage aux débuts de l’année 2022. Un premier gros changement dans sa vie : « Du moment où j’ai eu ma propre pièce chez mes parents et avec le bouche à oreille, qui va très vite en campagne, tout s’est accéléré ». En parallèle, il est également débauché par « Chris Barber Shop », un salon dans le 6e arrondissement de Lyon. Une opportunité et un « complément de revenus » pour ce jeune entrepreneur à la tête bien vissée sur les épaules qui accepte l’offre. Après 6 mois de bons et loyaux services, Quentin décide de ne pas renouveler l’expérience, plutôt déçu par la façon de travailler de son ex-employeur : « C’est plus “l’usine ” que la façon que j’ai de travailler de mon côté. Ça m’a un peu dégouté de mon travail, je n’avais plus trop envie de le faire ». Il retourne durant tout le mois d’août chez ses parents, enchaîne les coupes et décide de ne pas prendre de vacances. Il met les bouchés doubles et décide de passer à l’étape supérieure : il veut devenir indépendant. « Début septembre, Gregory m’a proposé de pouvoir louer mon propre siège dans son salon, le lieu où je travaille actuellement. Je suis revenu en totale indé’. Aujourd’hui, Greg et moi, on est comme des associés ». Depuis, il enchaîne les journées de 9 h à 20 h sans pause afin de contenter sa large clientèle « qui vient de loin juste pour se faire couper les cheveux » , exprime-t-il fièrement.

Grégory (à gauche) et Quentin (à droite) posant dans leur salon du salon du 6e arr.

« ‘Coiffeur’ c’est bien, mais ‘barber’ c’est mieux »

Si Quentin ne se définit ni comme coiffeur ni comme barbier, c’est que les clichés sont nombreux dans ce secteur. Avec sa profession de « barber », le jeune entrepreneur originaire de Souzy dans l’ouest lyonnais répond à une demande de plus en plus forte, pour un marché entre 15 et 35 ans de plus en plus concurrentiel. Le phénomène de « barbershop », importé des États-Unis en France au milieu des années 2000, ouvre ses portes à tous types de salons, expérimentés ou non. Pour cet indépendant, le lieu qu’il dirige actuellement est inspiré de cette culture, où les États-Unis sont la mère patrie. Cette mode de coiffure 2.0 est née de la démocratisation de la barbe, qu’elle soit de trois jours ou entretenue depuis des années : « les gens aiment en prendre soin » nous avoue Quentin. En plus de la barbe, la coupe de cheveux et les services complets proposés se confondent totalement avec le travail de certains visagistes. « Les coiffeurs sont mixtes alors que les barber sont spécialisés dans les hommes : les barbes, les coupes de cheveux… C’est un travail plus artistique : des dessins, des couleurs » détaille-t-il.

Un milieu de l’esthétique où les frontières n’ont jamais été aussi minces. Et la mentalité américaine du hussle (s’en sortir par soi-même NDLR) n’y est pas étrangère. C’est pour cela que notre jeune et talentueux barber prête autant d’attention à ce qui se fait outre-Atlantique. Il y puise une inspiration dominante dans sa façon de travailler depuis plusieurs années et il souhaite y envisager une carrière plus tard : « Un jour, en me perdant sur Instagram, je suis tombé sur une vidéo de barber aux États-Unis et ça été un coup de cœur. Je me suis dit ‘coiffeur’ c’est bien, mais « barber » c’est mieux. Je veux aller m’installer aux États-Unis, sur la côte ouest évidemment et être mon propre patron ».

Le concept de Barber shop : une coupe gratuite pour un « shoot » réussi.

La profession de la coiffure s’est donc américanisée, démocratisée et crée aujourd’hui de nombreuses opportunités. Comme celle de pouvoir couper les cheveux d’un influenceur sur la plateforme Twitch en plein live : « J’ai coupé les cheveux notamment d’un streameur leothecrackfm. Il fait des lives sur Twitch avec des jeux-vidéos, des vidéos réactions et il m’a demandé de venir lui couper les cheveux en live. Ce n’était pas très loin du salon et en plus il avait une bonne visibilité, le live a été vu par plus de 4000 personnes» nous témoigne Quentin.

Malgré la prépondérance de barber dans la ville, le jeune homme indépendant sur Lyon depuis 3 mois semble pourtant l’un des seuls à proposer un concept autour de son barbershop. Pas de PlayStation, de salle d’attente gigantesque ou de clients à la chaîne comme on peut le voir ailleurs. Le Barberground propose lui un service plus approprié : « Le concept de notre barber je le trouve vraiment bien. Pour pouvoir gagner des cadeaux, des réductions notamment, il faut arriver à shooter dans un panier de baskets à la fin de chaque coupe. C’est un vrai plus pour les clients. On a arrêté de le faire pour pouvoir mieux reprendre à Noël, avec dans l’idée de gagner de plus gros cadeaux. Plus les paniers sont durs à mettre, mieux seront les cadeaux. On veut que ce concept explose ».

‘La visibilité sur les réseaux sociaux est importante, mais si je n’en ai pas, c’est pas grave. Mon image « familiale » me convient très bien’

Bien que Quentin ne recherche pas la notoriété ou la célébrité, le métier de barber s’est énormément développé sur les réseaux sociaux ces dernières années. La rapidité de consommation des contenus Instagram et Snapchat s’applique également aux coups de cheveux et aux barbes, qui deviennent des critères de beauté, d’appartenance et de clique. Le jeune homme admet également faire partie de cette spirale : « Ce que je veux c’est avoir un barber shop différent des autres, qu’on vienne pour ma propre personnalité. Ça se voit déjà par le lieu en lui-même, mais aussi par mes coups de cheveux : je ne veux pas être comme les autres. Je change toutes les semaines de coupe ».

Le Barber a rendu ses lettres de noblesse à la coiffure 

C’est la question qu’on peut se poser, notamment pour cette nouvelle génération qui a connu son expansion. Pour Quentin « les barbers ont masculinisé la profession ». Car la coiffure reste un milieu restreint, rempli de nombreux clichés envers les hommes, dont il tente lui-même de se défaire « quand j’étais au collège, avec la maturité de l’époque, même au sein de ma famille, mes frères : tout le monde se moquait de moi. Sauf que dans ma tête, j’avais ma direction et mon envie, et ça a payé. Mais quand tu annonces que tu pars en CAP Coiffure, les clichés et les blagues sur l’orientation sexuelle ou sur la profession sont pesants. C’était aussi un problème de confiance que les gens ne m’accordaient pas ».

Avec le temps et la professionnalisation, l’adolescent s’est toujours démené pour rendre un travail de qualité, et soigner chacune de ses prestations. Pour cela, il utilise le ciseau, un art presque ancestral face à la tondeuse qui gagne tous les marchés. Pour Quentin : « un bon coiffeur doit savoir manier les ciseaux, tu ne peux pas être bon qu’à la tondeuse. C’est le plus dur dans ce métier, il y a tellement de barbers qui ne savent pas le faire. C’est pour ça que j’adore couper avec. Avec la tondeuse, tu n’as pas la même finition et je ne supporte pas le bruit ».

« C’est plus le relationnel que la technique de coupe qui va faire la différence »

Toujours selon lui, le relationnel et la fidélisation de sa clientèle sont une priorité : « Chez nous, on a nos propres techniques et on essaye de s’y tenir : chacun sa façon de travailler. Mais pour se démarquer d’un autre barber, c’est plus le relationnel que la technique de coupe qui va faire la différence. Si le salon est propre, si tu échanges avec le client, tu t’intéresses à sa vie, tu crées des points communs… Tout ça va jouer ».

Amsterdam, Los Angeles, Lyon et Souzy

Pour la suite de son apprentissage, le jeune coiffeur souhaite s’ouvrir aux cultures du monde entier, et apprendre le métier dans d’autres pays. En ligne de mire, évidemment les USA : « Là-bas, c’est un monde appart : tu as des coupes allant de 35 à 80 dollars. Ils ont des tondeuses, des techniques, des connaissances qu’on n’a pas ici. Ils sont en avance sur nous ! C’est une culture », mais également Amsterdam en janvier prochain « pour faire une petite formation et m’immerger dans une autre façon de travailler. Je veux que la culture d’ailleurs se croise avec ma personnalité et ce que j’ai appris en France ». Malgré ces envies d’expansion, il n’oublie pas ceux qui ont fait son chemin depuis son petit village de Souzy, les expériences qui l’ont mené jusqu’ici et la relation humaine que son travail exige : « Mes objectifs ? Ouvrir un gros salon dans une ville bien située, avoir des employés bien formés et surtout une bonne relation avec eux ». Pour l’instant, vous pouvez le retrouver au 133 rue Bugeaud dans le 6e arrondissement de Lyon.

Barber Ground. 133, rue Bugeaud, 69006 Lyon. 04 87 62 51 21

Tristan Alexandre
Tristan Alexandre
Journaliste à Lyon

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.