Le procès de Médiapart et de la liberté d’expression n’a pas rendu son verdict

Date:

Médiapart a demandé au Tribunal de Paris d’annuler la décision qu’il avait pris la semaine dernière de lui interdire de publier de nouvelles enquêtes sur le maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau. Il faudra encore attendre une semaine pour connaitre sa décision, mais on en sait plus sur les informations que s’apprêtaitent à révéler nos confrères. Gaël Perdriau s’attelait à discréditer un présidentiable, en l’occurrence Laurent Wauquiez. 

« Vendredi 18 novembre, un huissier est venu au siège de Mediapart nous délivrer un acte judiciaire sans précédent de mémoire de journaliste comme de juriste », déclarait en début de semaine Médiapart dans un communiqué. 

Cette visite impromptue intervenait après que l’avocat de Gaël Perdriau, Me Christophe Ingrain ait saisi le tribunal de Paris afin d’empêcher de nouvelles révélations de la part de nos confères qui avait déjà bien amoché son client avec l’affaire de la sextape. 

Cela a valu à nos confrères de se voire interdire de publier de nouvelles révélations « sur les pratiques politiques du maire de Saint-Étienne », une sorte de « Minority report » comme se plait à dire Fabrice Arfi, le coresponsable des enquêtes de Médiapart, une « censure préalable » quoi.

Le média avait décidé de contre-attaquer et de demander au tribunal de Paris d’annuler cette décision de justice.

Mais qu’est-ce qui a poussé Gaël Perdriau à agir ainsi, alors qu’il n’avait pas attenté de procédure contre nos confrères lors des terribles révélations sur la sextape stéphanoise? Quelle révélation, l’édile stéphanois a-t-il donc voulu empêcher? 

Médiapart révèle que Gaël Perdriau discréditait un présidentiable, à savoir Laurent Wauquiez

Médiapart a donné la réponse aujourd’hui, lors d’un procès capital pour Médiapart, la presse et la démocratie françaises. L’explication est sortie de la bouche de son directeur de Publication Edwy Plenel : « Mediapart s’apprêtait  à révéler que, dans le cadre de ses activités de maire, M. Perdriau utilisait le poison de la calomnie, de la pire des calomnies, comme arme politique pour discréditer un élu de premier plan, potentiel présidentiable, l’actuel président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez. Et l’intérêt public majeur de notre enquête était de tuer dans l’œuf cette rumeur calomnieuse gravissime, une rumeur sans aucun fondement de l’aveu même de son propagateur, M. Perdriau ».

Les participants ont pu assister à une scène ubuesque que nous rapporte Fabrice Arfi dans un article. Lorsque l’avocat de Médiapart a demandé à la présidente du tribunal si elle avait « entendu cet enregistrement ? », celle-ci a répondu par la négative. Ce à quoi le conseil de nos confrères à répondu : « On vous demande donc la censure préalable d’une information que vous ne connaissez pas ». « En fait, vous ne savez même pas ce que vous avez interdit. »

La présidente du Tribunal a qualifié ces enregistrements d’ « illicite », après que Me Ingrain, qui a été le conseiller de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2010, mais qui est aussi un proche d’Eric Dupond-Moreretti, l’ait saisi. Selon Fabrice Arfi, Me Ingrain « semble avoir voulu faire, au-delà de l’intérêt de son client, le procès de l’utilisation par les journalistes d’informations contenues dans des enregistrements clandestins ». « Il fut dès lors difficile de ne pas entendre derrière les mots de sa plaidoirie le murmure de l’un de ses plus célèbres clients, l’actuel ministre de la justice, Éric Dupond-Moretti, dont ce fut l’un des chevaux de bataille médiatique, tout particulièrement contre Mediapart, quand il était encore avocat. »

Le procès de la liberté d’expression 

Edwy Plenel a indiqué que « la décision que nous attendons ne concerne pas que Mediapart, comme en témoigne la mobilisation sans précédent, unanime et solidaire, de notre profession, de sociétés et de syndicats de journalistes, de directeurs de médias, d’avocats du droit de la presse, d’organisations de défense des libertés fondamentales ».

Depuis le communiqué de Médiapart, 37 sociétés de journalistes, 17 organisations de défense de la liberté de la presse, des ONG, l’Association des Avocats Praticiens du droit de la presse et des intellectuelles ont dénoncé une attaque historique contre le droit à l’information. 

Des avocat.e.s de syndicats de journalistes et d’ONG sont d’ailleurs venus plaider à ce procès. L’avocat des syndicats de journalistes a demandé à la présidente du tribunal de « corriger cette hérésie judiciaire », celui de Médiapart a déclaré que « La liberté, ça n’attend pas ». « C’est aujourd’hui ! »

Il n’a pas été exaucé, car le jugement sera rendu mercredi prochain. 

À la sortie de l’audience, Edwy Plenel s’est dit « profondément déçu ». « Il a fallu quelques minutes il y a une semaine au président du tribunal judiciaire de Paris pour porter une atteinte sans précédent à la liberté de la presse et là, après trois heures de plaidoiries (…) il va falloir après une semaine de censure préalable encore cinq jours pour attendre et espérer que cette liberté fondamentale soit rétablie. » 

Ce qui n’est d’ailleurs pas gagné d’avance vu le contexte actuel. Si le tribunal ne lève pas sa décision à l’encontre de Médiapart, nous proposons à nos confrères de faire leurs révélations sous forme de rébus dans l’ensemble des médias qui se sont d’ores et déjà déclarés prêts à prendre le relai. Peut-être que la Cour hésitera à poursuivre l’ensemble de la presse française. 

Gregory Fiori
Gregory Fiori
Ex-rédacteur en chef

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Procès d’Éric Dupond-Moretti : Réquisition d’un an de prison avec sursis pour prise illégale d’intérêts

C'est un procès exceptionnel, car c'est la première fois qu'un ministre en exercice, notamment de la Justice, est confronté à une telle situation.

Eric Dupond-Moretti s’élève contre les accusations au premier jour de son procès

En pleine lumière judiciaire, le Ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, s'est fermement opposé aux allégations portées contre lui lors de l'ouverture de son procès à la Cour de justice de la République (CJR). Face à une accusation de prise illégale d'intérêts, le ministre en exercice, auparavant éminent avocat, fait face à une période d'examen minutieux qui durera dix jours.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.