Mathis « El Dompteur », le tufting, ou la ‘culture du tapis’

Date:

Souvent décriée comme une génération ne sachant rien faire de ses 10 doigts, la génération Z se lance pourtant de nombreux défis. L’un des derniers en date : créer une communauté, une culture dans la création de tapis. Depuis Lyon, des dizaines de jeunes de 15 à 30 ans se lancent dans leur propre projet. C’est le cas de Mathis que nous avons eu l’opportunité de rencontrer dans son atelier du Vieux-Lyon. Deux ans après l’achat de ses premières pellottes de laine, l’artiste s’est investi à temps plein dans son projet et tenter de rendre accessible à tous le mouvement. Rencontre avec ce passioné.

C’est durant le deuxième confinement en Octobre 2020 que Mathis se décide à réaliser ses premiers tapis. Après être tombé sur des vidéos d’artistes américains qui créaient, depuis chez eux, des logos en laine de toutes les formes et de toutes les couleurs, le jeune étudiant est directement subjugué. Cet art du « tufting », en français « tissage », consiste à insérer un fil de laine de couleur sur une base primaire. Ce processus, utilisé pour la création de vêtements, de gants ou bonnets de ‘grande-mère’, est également un art ancestral de l’autre côté de l’Atlantique. Lorsqu’il découvre ce monde à part, Mathis veut franciser la culture et créer lui-même ses propres tapis. Après l’achat d’une machine de tissage en forme de pistolet « un jour je me suis levé et j’en ai acheté une sur un site chinois », l’étudiant en 2ème année de communication voit en cette activité, une opportunité de créer seul ou pour des amis, ses propres pièces. Mais pour cela, il doit se former : « J’ai commencé à me renseigner sur des forums. Mais je n’étais pas conscient de tout le budget qu’il fallait ajouter », nous confie-t-il. Comme tout novice qui doit faire ses gammes, Mathis rate complètement ses premiers tapis : « ils étaient dégeulasses » nous avoue-t-il en riant. Mais il ne désespère pas et roule sa bosse. Alors que le covid paralyse le pays, il décide de monter de son côté son propre atelier dans sa chambre en décembre 2020. Ses 10 m2 dans l’appartement de ses parents dans le quartier de Grange-Blanche semblent petits, mais en poussant les murs, il arrive finalement à installer un cadre-support de plus d’1m30 sur 1m30 de dimension pour y travailler ses toiles.

La qualité de la laine est un élément très important pour Mathis. Crédits : Tristan.

Self Made Man

« Petit à petit, j’ai appris à manier le matériel et je me suis rendu compte que le plus dur ce n’est pas la création du tapis mais plus la finition derrière. Il fallait trouver la bonne colle, un tissu pour la finition… Au début, je ne le savais pas et j’ai acheté beaucoup de choses au hasard ». Perfectionniste, il dépense beaucoup d’argent avant de trouver ses bons dosages, les bons ustensiles. Il développe en parallèle, un compte sur les réseaux sociaux, aujourd’hui El Dompteur sur Instagram et investit majoritairement la plateforme avec des formats vidéos où il vulgarise son métier. Après plusieurs ratés, il trouve enfin son premier client en mars 2021 « j’étais tellement content de faire une vente que j’ai dû lui faire un prix très arrangeant, presque ridicule pour le temps que j’y avais passé » et sans y avoir réellement cru, il explose le plafond de verre.

Mathis. M, au milieu de son atelier, posant avec ses créations. Crédits : Tristan.

« Au moment où je commence à désespérer, je me dis que je vais faire un post twitter où j’explique mon concept et des visuels. C’est le post qui a pété :  5.000 retweets, 1 millions d’impressions et ma messagerie se remplit. C’est à partir de ce moment-là que les gens me remarquent. J’ai commencé à prendre des commandes, poster des tiktoks et des tweets, j’ai pris pas mal d’abonnements. J’ai envisagé d’en faire une activité ».

Un pas en arrière, deux pas en avant

Malgré son arrivée dans le monde des grands « à l’époque, on devait être ¾ à faire du tufting en France », Mathis ne peut envisager de se jeter corps et âme dans ce mode de vie instable. Il décide donc de continuer les études et envisage une Licence en Communication où il peut réaliser une alternance. Durant l’été 2021, l’étudiant met un peu d’argent de côté avec son activité de confection de tapis et s’assure une bonne trentaine de clients en 2 mois. De quoi voir venir. A la rentrée, il migre vers Saint-Etienne pour ses études et entre en parallèle chez Focus, un magasin de vêtements dans le quartier d’Hotel-de-Ville à Lyon. Le temps que lui prend ses études, les aller-retours entre les deux villes l’obligent, à contre-cœur, à mettre le « projet tapis » en pause.

« Chez Focus, j’ai dû mettre de côté les tapis. Je suis rentré chez eux, à la suite de la vente d’un tapis personnalisé pour le magasin. Je ne connaissais pas la boutique qui revendait des marques indé et le feeling est bien passé avec Mathis, le fondateur. Il m’a fait confiance et on a travaillé ensemble pendant un an ». La fatigue accumulée par des semaines déjà bien remplies et l’impossibilité de travailler dans son appartement étudiant à Saint-Etienne l’ont forcé à arrêter.

Pokemon; l’artiste Damso, Ben10, CommedesGarçons… Toutes les marques passent sous le pistolet de Mathis. Crédit : Tristan.

Mais après avoir obtenu son diplôme en août 2021, il se lance définitivement à son compte. « J’ai gardé ça pendant un an dans un coin de ma tête. Le fait que j’ai validé ma licence en 3ème année, que je vive actuellement chez mes parents, d’avoir déjà le matériel nécessaire et le reste de ma communauté sur mes réseaux sociaux : tout est aligné pour que ça le fasse ».

Le cadre sur lequel Mathis crée ses tapis mesure 1m30 par 1m30. Il permet de réaliser plusieurs créations en même temps. Crédits : Tristan.

Un métier qui se développe grâce aux réseaux sociaux

Si le parcours de cet entrepreneur aux valeurs humaines semble assez traditionnel, la façon dont Mathis communique sur les réseaux sociaux de la création sur-mesure de tapis est, elle, plutôt nouvelle. Via Instagram et Twitter, Mathis vulgarise et met en avant sa façon de travailler, ses inspirations, sa vie au sein de l’Arche Club. Le lieu est une sorte d’incubateurs où les projets d’une bande d’amis artistes, vidéastes, stylistes et créatifs prennent vie. Ce sont les réseaux sociaux qui ont littéralement propagé leurs idées et exposé leur travail.

Les tapis prennent de nouvelles formes. Ici, le logo d’une entreprise est affichée directement au mur. Crédits : Tristan.

En avril 2021, après donc quelques mois à avoir testé ses propres compétences en matière de couture, Mathis se lance dans la reproduction de logos et d’univers tous différents. Il poste la réalisation des logos dArte, notamment, le logo « Tn » de la marque Nike ou encore une déclinaison personnelle du logo du YouTubeur « Le Règlement ». Des univers qui tiennent particulièrement à cœur à Mathis, qui se contente de reproduire à la laine ses propres références. Une sincérité qui plait à son public, également sur Instagram : « Tous les tapis que je poste sur Instagram ce sont tous des kiffs personnels. Il n’y aura pas de tapis « Nike » ou « Suprême » alors que je sais qu’il peut y avoir une demande et que ça peut marcher. Quand j’ai fait le tapis d’Arte, c’est parce que j’aimais le média et visuellement le logo est reconnaissable. Même les tapis qui sont actuellement dans l’atelier : Ben 10, Les Totally Spies… je les ai faits car je regardais ces dessins animés quand j’étais petit».

Le pistolet, qui permet à Mathis de faire pénétrer la laine dans la base neutre. Crédits : Tristan.

« J’ai énormément de retours de gens qui me disent que mon compte est cool car ce sont des références inspirantes, pointues et auxquelles ils s’identifient ».

A gauche, une pelote de laine en train d’être démêlée, à droite, une pelote démêlée prête à être utilisée. Crédits : Tristan.

Malgré cela, la réalité économique du marché « avant on était 3 ou 4 en France, maintenant, on doit être une bonne centaine », devrait pousser Mathis à réaliser des formats qui touchent un maximum de gens. Pour autant, il préfère la création sur-mesure et invite donc ses futurs clients à réaliser des commandes personnalisables. Cela donne parfois des demandes assez inattendues : « Récemment j’ai eu la commande d’un fille qui voulait faire un tapis avec un panneau où c’était écrit : ‘attention il y a des oies sur la route’. Elle avait eu un délire avec son copain durant un voyage en Thaïlande et elle voulait écrire cette histoire en tapis. Cette relation client est cool. Ils ont un souvenir qu’ils veulent immortaliser et moi je peux leur fournir en tapis ».

Le Tufting, véritable « culture » ?

Si la création de tapis sur-mesure peut sembler relever plus de l’artisanat que d’un mouvement, les adeptes du tufting voient davantage leurs productions comme des œuvres d’art. Avec la démocratisation de la mouvance depuis le début des années 2020, la mode du « tufting logo » se développe et s’intensifie. Les réseaux sociaux le permettent, et des géants du milieu vont toujours plus loin dans la réflexion. C’est le cas de Felicia Murray, qui crée des objets 3D en laine, Justin Colegrove et ses références pop exacerbées ou encore d’Alexandra Kehayoglou qui designe des sortes de peinture de paysage en laine. Sur des tapis mesurant parfois plus de 30 mètres, les artistes se plaisent à ajouter du relief et design des motifs expérimentaux où mêlent la peinture, la couture et l’architecture. Depuis Lyon, Philippine Bro développe elle-aussi le « french tufting ». Avec un compte Instagram accumulant plus de 11 Millions d’abonnés elle travaille des coquillages, des chaises de plage, des dessous de verre ou des porte-monnaie… Tout est customisable, pour le plus grand bonheur des fans du genre.

Véridik a pu assister à la création en direct d’un tapis. Pour commencer, Mathis projette la forme qu’il veut donner au tapis et la dessine sur un base vierge. Crédits : Tristan.
2 heures 30 de travail sont nécessaires pour incorporer la couleur rouge ainsi que le blanc. Avec le pistolet, la laine entre et ressort des deux côtés de la base et donne -de derrière- ce rendu. Crédits : Tristan.

« Placer un tapis dans un clip c’est aussi envisageable »

Mathis voit dans le développement de cette « communauté tapis » une excellente chose. Il prend réellement exemple sur ces personnalités qui s’entraident et qui se donnent de la force : « Une solution pour mon développement, ça serait de rencontrer d’autres tufters et qu’ils me donnent des conseils». Mais Mathis n’est pas en reste, en ce qui concerne les formats innovants. Pour la pochette du dernier projet du rappeur 6OSY, le jeune tufter a designé un tapis 100% personnalisé qui apparait aux pieds de l’artiste : une preuve que la culture n’a pas encore de limite.

Pochette de l’album « YUMA », de l’artiste lyonnais 6osy. En bas à droite, il est possible de voir le tapis réalisé par Mathis.

« Placer un tapis dans un clip c’est aussi envisageable. Je suis en train de réfléchir à une autre manière d’utiliser les tapis, comme par exemple accroché à un mur ou créer de l’interaction : un filtre 3D, des QR-Code, Réalité Augmentée… ». A l’approche de Noël, il a également pensé à attirer l’attention de son public sur des formes plus conventionnelles mais pas moins décalées : Pokemon.

Le Tufting prend plusieurs formes. Même celui des fameuses pokeball inspirées de Pokémon. Crédits : Tristan.

« J’ai travaillé sur un format de Pokeball, qui font 30 cm de diamètre en tapis. Je l’utilise pour poser des plantes dessus par exemple. En te creusant les méninges, tu peux trouver d’autres utilisations, selon ce que tu en fais ». Encore en train d’expérimenter à droite à gauche, Mathis souhaite trouver son propre style et être reconnu pour cela. Quelques mois après avoir repris le projet et s’être investi réellement à 100% dans ce métier, le carnet de commandes de Mathis fait le plein. Le Tufting : explosion d’une culture ou simple mode ? L’avenir le dira.

Une fois le tapis terminé, il faut le découper de la structure principale avant les toutes dernières finitions. Crédits : Tristan.
Quelques derniers détails et finitions pour terminer. Crédits : Tristan.
Le tapis réalisé pour la société « oubrier » accompagnera tous les jours un camionneur au cœur de sa cabine. Crédits : Tristan.
Tristan Alexandre
Tristan Alexandre
Journaliste à Lyon

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.