« Non à l’exécution ! », plaidoyer contre le principal outil politique et religieux du régime médiéval iranien

Date:

La décision de l’exécution de Mohsen Shekari et de Majid-Reza Rahnavard ne peut en aucun cas reposer sur une base juridique. Du moins, pas telle que l’on pourrait la concevoir en occident. Dans les faits, Une décision a été prise dans un comité politique, de sécurité et de renseignement de l’administration des mollahs sous la direction assumée du guide suprême Ali Khameneï a ordonné ces exécutions à des seules fins politiques et non dans le but de rendre la justice. A ce titre d’ailleurs, il suffit d’observer les 44 années d’histoire de la République Islamique pour se convaincre que la peine de mort en Iran est une arme répressive, fourbie au sein d’un arsenal servant uniquement la terreur pour le maintien du pouvoir en place. 

Si le phénomène est bien connu, cette fois la décision hâtive de punir deux jeunes manifestants pour avoir osé défier l’autorité religieuse a provoqué des réactions contraires à celles attendues au sein même des cercles du pouvoir. Ainsi, Mohammad Sarafraz, ancien directeur de la radio et de la Télévision d’état, a déclaré que « le gouvernement a atteint un état de misère et se révèle incapable de répondre à la moindre revendication de la population. Tuer des gens n’est pas durable. » Une déclaration publique loin d’être isolée puisque Mustafa Moïn, ancien ministre des Sciences abonde dans le même sens : « L’exécution de Mohsen Shekari est devenue le point de départ de nouveaux scandales au niveau de l’Iran et dans le monde. » 

Il faut dire que les effets du soulèvement populaire pour la justice et la liberté se font sentir jusqu’au plus haut niveau du régime. Chaque semaine qui passe, la position extrême et jusqu’au-boutiste d’Ali Khameneï lui fait perdre des alliés et l’entraîne inexorablement vers sa déchéance. Dans un tel contexte de pouvoir déjà fragilisé, les exécutions de Mohsen Shekari et de Majid-Reza Rahnavard ne pouvaient aboutir qu’à un regain de vigueur dans le camp des manifestants et à une défiance plus grande de la part des mollahs écartés du pouvoir. Pourtant, depuis plus de 5 000 ans, l’histoire de l’humanité regorge d’exemples de dirigeants renversés par leurs peuples respectifs pour s’être enfermés dans une position trop autoritaire. A vouloir effacer le passé pour construire une nouvelle ère, on en oublie les leçons de sagesse historique… 

44 ans de peine de mort ! 

Au cours des 44 dernières années, les chiffres des exécutions montrent que le régime de Velayat-é-Faqihi détient le record d’exécutions (par rapport au nombre d’habitants) dans le monde. L’exécution n’est finalement qu’un outil enveloppé dans une apparence religieuse pour perpétuer l’omnipotence du régime. La juridiction, toutes les lois et tous les châtiments sont interprétés au service de ce seul objectif. Ainsi, le rasoir de la répression coupe plus net pour mieux promouvoir la terreur. Dans les faits, la mission du pouvoir judiciaire au sein de la République islamique a toujours été de propager cette terreur au service de l’establishment de la théocratie religieuse. 

Pour s’en convaincre, il suffit simplement d’observer quelle place est laissée aux organes indépendants, aux avocats de la défense, aux jurys… Rien n’est prévu pour eux dans la constitution de la république islamique. Rien de ce qui pourrait entraver la progression de la peur de ces hommes sensés représenter le divin ne saurait d’ailleurs trouver une place dans la constitution de la République Islamique. Depuis 44 ans, la potence n’est que le support d’un régime tyrannique. 

L’exécution de Mohsen Shekari, où comment s’enfermer dans une impasse 

Par conséquent, la poursuite d’un soulèvement national en Iran 90 jours durant et dont la seule revendication est le renversement du régime de la peine de mort plonge les autorités religieuses du pays dans un cylindre sans fond. Un trou béant duquel le gouvernement d’Ebrahim Raïssi a pensé s’évader en creusant plus encore. L’exécution des deux jeunes manifestants ressemblait alors à la seule solution à l’impasse politique et sociale. Acculé mais farouchement accroché à ses privilèges et à son dogme, le régime n’a pas d’autre choix que de recourir aux crimes les plus « antihumains » – qui plus est en public. 

Au final, la pendaison de Mohsen Shekari et de Majid-Reza Rahnavard est une vengeance du pouvoir contre le peuple iranien, dont le seul crime est de paralyser le pays depuis plus de 3 mois. Une fois de plus, au prix de 44 ans d’expériences sanglantes, il a été prouvé que la seule façon de faire face au régime moyenâgeux des mollahs passe par une détermination sans faille. À cet égard, un manifestant a décrit ses expériences au cours de ces trois derniers mois sur les réseaux sociaux avec ces mots : « Vous (le régime) n’avez pas accepté une protestation avec des mots, pas avec de la poésie, pas avec des écrits, pas avec de l’art, pas avec des slogans, pas avec des rassemblements. Vous ne l’accepterez pas non plus avec des manifestations ou des cris la nuit sur les toits des maisons. » 

Amir Nasr-Azadani, prochaine victime de la folie meurtrière des mollahs ? 

Il y a quelques jours, le joueur de football professionnel Amir Nasr-Azadani s’est fait interpellé, lui aussi, pour avoir manifesté contre le régime. A peine emprisonné, il a été reconnu coupable de « rébellion armée contre l’État ou la République Islamique ». Un chef d’accusation passible de la peine de mort. Le guide suprême continuera-t-il à s’enfermer dans sa logique mortifère, creusant toujours plus profond dans la haine et la rancœur, en exhibant le corps sans vie d’Amir Nasr-Azadani, pendu par le cou en haut d’une grue, dans les faubourgs peuplés de Téhéran ? 

Depuis 90 jours, le soulèvement national a creusé un fossé irrémédiable entre le peuple et le gouvernement. Cette révolution d’un peuple souverain a révélé plus que jamais que le refus de l’exécution signifie la négation de l’intégrité du régime iranien. Alors, faisons résonner le cri de « Non à l’exécution ! » contre le principal outil politique et religieux du régime médiéval iranien dans le monde entier !

i Régime du guide suprême

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Iran: le non-port du voile sévèrement puni, un an après le décès de Mahsa Amini

Le Parlement iranien a voté, le mercredi 20 septembre, en faveur d'un renforcement des sanctions contre les femmes qui ne respectent pas le code vestimentaire strict du pays en ne portant pas le voile dans les espaces publics. Ce vote intervient quatre jours après le premier anniversaire de la mort tragique de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans qui est devenue un symbole de rébellion en Iran.

Iran : Un an après le Soulèvement

Cela fait maintenant un an que les Iraniens se sont révoltés contre la dictature religieuse. Un soulèvement qui a ébranlé tout le régime. À la veille de l'anniversaire du vendredi sanglant de Zahedan (sud-ouest de l’Iran), le mouvement pour la justice et les partisans de la liberté baloutches ont annoncé le 16 septembre, la création d'une unité rebelle. Auparavant, le Conseil national de la Résistance iranienne, l'opposition à l'échelle nationale, avait annoncé la formation de 5000 unités de résistance.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.