Meding, le rap comme exutoire

Date:

Si Saint-Etienne a toujours souffert de la comparaison avec sa grande-sœur lyonnaise, le rap n’y fait pas exception. Malgré l’exception Eska Crew, la capitale ligérienne a connu quelques années de retard dans le hip-hop, mais voit aujourd’hui fleurir des graines dans un terreau fertile de talent. C’est le cas de Meding, véritable fer-de-lance d’une nouvelle génération d’artistes made in 42. Nous sommes allés à sa rencontre dans le quartier de Bellevue où est situé le studio où il travaille sa musique.

Meding, de sa vraie identité Médine Azzouz, est un artiste de Saint-Etienne. En 2022, il a sorti de nombreux clips et morceaux lui donnant une visibilité importante. Mais c’est bien « au culot » qu’il en est arrivé jusqu’ici. En filmant ses premiers freestyles en prison en 2018, le stéphanois ne s’imagine pas que le phénomène est en marche. Poussé par ses amis en cellule et ceux en dehors, il propage son envie de s’en sortir par la musique : «Du jour au lendemain, je me suis dit que j’allais me lancer, par des freestyles, et voir si les gens m’écoutent. J’ai vu que ça avait bien plu, j’ai décidé d’en faire une série ». Véritable exutoire en prison, il décide à sa sortie, de prendre cela plus au sérieux. « J’avais besoin de m’exprimer, et je trouve que la musique me le permettait (…) Ce n’est pas que je n’arrivais pas à m’exprimer avant, c’est plutôt que je n’avais jamais essayé ». Il gagne le studio de son ami Djemin, du nom de R’Pur Autoflow dans lequel il nous a donné rendez-vous, et se défoule devant le micro. A travers ses premiers morceaux, il se dévoile un peu plus et met des mots, des rimes, sur ses périodes compliquées comme ses moments de joie « Ceux que j’aime, ce sont les sons qui ambiancent mais qui parlent aux gens. C’est calme avec un refrain qui bouge. J’essaye de délivrer un message mais d’y ramener un peu de pep’s ». 

Le studio de musique « R’Pur Autoflow » dans le quartier de Bellevue à Saint-Etienne. Crédits : Tristan.

Il chante même la mélancolie de la prison sur le morceau Soirée des cités, sorti en Février 2022 :

 « Et J’te mens pas quand j’te parle, des fois la prison ça me manque ».

Il revient sur cette phrase avec nous : « C’est les gens que j’ai rencontrés là-bas qui me manquent plus que le lieu en lui-même. La prison ça été dur au début. Celui qui te dit que c’est facile, ce n’est pas vrai. Après plusieurs années à être avec les mêmes personnes, voir tous les jours les mêmes têtes, il y a un affinité qui se crée. C’est comme si tu vis avec tes frères et sœurs dans la même maison, il y a des délires de fou. Dès que tu te sépares d’eux, c’est dur ».

La relation humaine au centre de sa musique

Sous les yeux de son manageur et ami Malik ainsi que de son ingénieur du son et également ami Djemin, le stéphanois avoue à demi-mot vouloir faire carrière dans la musique : « Je ne peux pas encore me mettre pleinement dans la musique, je dois travailler et m’occuper de ma famille, faire tourner la maison. Je dois remplir le frigo, donc j’essaye de me consacrer à la musique mais ma priorité est ailleurs. Quand ma vie sera stable, je pourrais. Actuellement, je viens une fois par semaine à peu près au studio, alors qu’un rappeur « normal » viendrait tous les jours, au pire 3 ou 4 fois / semaine. Je ne peux pas me le permettre ». Il met également un frein aux maisons de disque, qui le courtisent pourtant, ou aux demandes de collaboration qui ne tournent pas autour d’une relation humaine. C’est le cas avec l’artiste lyonnais « L’Allemand », avec qui il a partagé une scène et des liens fort se sont créés. La prison a lié ses deux hommes et la vie leur a permis de se retrouver après :  « L’Allemand et moi étions en contact sur les réseaux sociaux depuis la prison. Lui à Lyon, moi à Saint-Etienne. On n’avait pas parlé de musique à l’époque, je l’avais félicité pour quelque chose qu’il avait fait personnellement et le courant était bien passé. Puis, après ma sortie, mon manageur Malik m’a mis en contact avec le manageur de l’Allemand, Bayi. Ils m’ont apporté énormément de force et de soutien, je les remercie pour ça ».

L’allemand en gris, Meding au milieu et Sasso à droite, en marge d’un concert. Crédits : Compte Instagram de Meding.

« Lyon et Saint-Etienne, on est pareils : on ne vit pas au même endroit, mais on vit les mêmes choses »

En concert en Février dernier dans la salle stéphanoise « Le Clapier » à Firminy, le rappeur de Vénissieux l’Allemand ne manque pas d’appeler le natif de Saint-Etienne pour faire sa première partie. De cette collaboration, les liens forts existants vont se perpétuer. Médine voit dans le rapprochement des publics stéphanois et lyonnais une synergie : « En me voyant faire une scène avec lui, je pense que ça m’a fait passer un grade. De ma génération, l’Allemand c’est la référence, celui qui a mis Lyon sur la carte du rap. Il y a eu d’autres lyonnais avant, mais c’est lui qui a fait monter Lyon selon moi », avant de renchérir : « On a 70% du même public avec l’Allemand. Comme lui, j’essaye de toucher tout le monde avec ma musique », puis d’ajouter en rigolant : « Je suis ouvert, j’ai beaucoup voyagé, je suis un vagabond (rires) ». Bien qu’il n’aime pas se mélanger aux artistes avec qui il ne crée pas d’affinité humaine avant celle de la musique, Meding s’est pourtant créé un réseau important. À Lyon, il sympathise également avec un autre rappeur du quartier des Minguettes : RNLD « L’Allemand m’a invité à son concert au Ninkasi de Gerland en mai dernier et RNLD faisait sa première partie avec d’autres artistes lyonnais. J’étais un simple invité et Bayi, son manageur, m’a invité à monter sur scène pour chanter le son « Soirée des cités ». J’ai accepté, j’ai chanté et c’est RNLD qui m’a annoncé. J’ai apprécié son passage et lui le mien. On a discuté dans les loges après le show et on était tous les deux chauds de faire un morceau ensemble. Au final, ça a donné le morceau ‘Tudo Bem’.

L’allemand à gauche et Meding au centre en gris, en marge d’un concert. Crédits : compte Instagram de Meding.

Si le stéphanois se sent si proche de la scène rap à Lyon, c’est qu’entre ces deux villes, peu de choses les séparent. 50 kilomètres seulement, les mêmes problématiques, les mêmes envies de s’en sortir persistent. Pour lui, la rivalité footballistique ou historique entre ces deux villes n’a plus lieu d’être : « Il y a deux semaines, j’étais avec un artiste de Gerland, Zitoune, pour réaliser un morceau ensemble et il me disait « il n’y a pas de derby dans la rue ». Les derbys ce sont que dans le foot. Dans la musique, il n’y a pas de guerre maintenant. Avant, un lyonnais et un stéphanois ne pouvaient pas rapper ensemble. C’était la rivalité entre les deux villes, le foot et une mentalité de ‘cons’. Lyon et Saint-Etienne, on est pareils. On ne vit pas au même endroit, mais on vit les mêmes choses. Si tu écoutes vraiment le rap, tu te rends compte que Lyon, Paris, Marseille et Saint-Etienne : c’est les mêmes problèmes ». Pourtant, si certaines choses peuvent rapprocher le 69 et le 42, le rap en est un des éléments les plus différenciant. Les avancées culturelles, sociétales et politiques concernant cette forme d’expression sont beaucoup plus importantes dans la capitale des Gaules que dans celle du Design et des Arts. Le Rap Stéphanois n’en est qu’à ses balbutiements, quand des artistes lyonnais comme Sasso sont déjà couronnés de succès et des récompenses en tous genres.

L’artiste lyonnais Sasso, posant devant ses deux « singles d’or ». Crédits : Compte Instagram de Sasso.

Sainté : une ville à la traine ?

Les problèmes pointés du doigt par Médine ainsi que son ingénieur du son ‘Djemin’ sont déjà connus de tous : « le manque de structure et de public» nous disent les deux compères. Si le raggae a fait son trou dans les quatre coins de la ville avec Dub Inc, ou le rock avec Zed Yun Pavaroti ; le rap manque encore de figure forte et paternelle. Après seulement un an de prise au sérieux du rap, Meding se voit forcé d’endosser ce rôle. Mais avec un si petit public, il doit essayer de voir plus loin que sa ville, et toucher le masse « Je ressens de la force à Saint-Etienne, mais je vois sur les réseaux sociaux que je reçois surtout beaucoup de soutien à Lyon. Je pense que c’est une grande ville et les gens sont plus ouverts. Ici c’est dur, j’ai l’impression que quand tu essayes d’y arriver, les gens donnent moins de force » déclare-t-il amèrement. Cette scène moins mature, moins encline à sortir de nouvelles pépites comme le fait Lyon avec Okis, Sasso, La F ou encore Tedax Max en 2022 ne décourage pas pour autant Meding. Il envisage même de gros projets, comme une sorte de « Derby Organisé », à l’image des projets marseillais produits par l’artiste Jul « 13 Organisé » et « Classico Organisé », regroupant des artistes marseillais et parisiens en featuring.

« Je pense que c’est envisageable. Il y en a encore qui ont la mentalité du derby, Lyon VS Saint-Etienne. Heureusement, la mentalité est en train de changer, pas tous, mais pour une bonne partie. Ça donne de la force à plus de monde alors qu’avant c’était chacun pour sa pomme ». Pour lui, la comparaison avec le projet « 13 Organisé » et son instigateur Jul n’est pas anodine, voire flatteuse : « C’est une inspiration oui, c’est lui qui m’a donné envie de rapper. J’ai beaucoup écouté, depuis le début. Il est allé trop loin, il est trop fort ».

Pochette du morceau « Bande organisée » du projet Marseillais « 13 Organisé », créé par l’artiste Jul.

Un style qui commence à trouver son public

Après avoir essayé la drill (un genre musical venant des Etats-Unis), – « J’ai mis un pied dans la drill pour essayer, car c’est dans l’air du temps. J’ai essayé, mais ce n’est pas ce que je préfère »- sur son dernier morceau « Machette », l’artiste touche-à-tout nous a également annoncé la sortie d’un projet « d’ici la fin du trimestre ». Un format court de 5 titres sur lequel un artiste lyonnais, un marseillais et un parisien se retrouveront également en collaboration. De quoi mettre Saint-Etienne en avant et sortir son épingle du jeu. Avant cela, Meding travaille et passe du temps en studio. Il réfléchit et se pose beaucoup de questions, remet souvent en cause des morceaux avant qu’ils sortent. Cet indépendant qui veut tout contrôler flaire pourtant les bons coups, comme pour le vidéo-clip de « Soirée des Cités » : « J’ai besoin de maitriser ce que je sors et d’avoir mes propres idées. Je n’arrive pas à laisser les autres tout faire sur mes projets. Je veux pouvoir décider. Pour le clip « Soirées des cités », j’ai demandé à mon manageur certains objets pour tourner le clip et je lui ai demandé de me laisser faire tout seul. Je lui ai envoyé le clip en surprise et au final, il fait maintenant 6 millions de vues ». Après ce clip, la notoriété grandissante de Meding se perçoit sur la capitale ligérienne. Il en va même de ses selfies lorsqu’il se déplace en centre-ville : « Je ne dirais pas que j’ai été choqué, mais plutôt surpris. Le contraste était fort : il y a un an, j’étais enfermé le matin, le soir, je devais respecter des surveillants : je n’étais rien. Je ne dis pas que maintenant je suis devenu quelqu’un, je suis au même niveau que tout le monde. Mais d’être reconnu dans les rues de ma ville, c’est puissant, ça me donne de la force. Quand on me demande une photo, je me rends compte que la personne a écouté mon morceau, elle a kiffé et elle m’a reconnu. Je suis passé de personne à quelqu’un dans la musique. Faire des photos, qu’on m’appelle pour faire des scènes, c’est toujours positif ».

Meding se voit projeté sur le devant de la scène stéphanoise. Crédit : compte Instagram de Meding.

Un buzz que va tenter d’entretenir le rappeur de 26 ans, qui souhaite mieux pour lui et sa ville. Avec son premier projet, l’artiste veut bousculer la scène locale et réaliser de bons scores. Si ce n’est pas lui, qui d’autre peut le faire ? « Je pense que j’ai soulevé un peu la scène stéphanoise. On n’est dans une petite ville et il faut du travail pour y arriver. Mais je pense qu’où j’en suis arrivé, ça a donné l’envie à des gens de le faire. Si moi je peux y arriver, d’autres peuvent y arriver. Je vois de plus en plus de rappeurs ici, ça fait plaisir. Si tu as envie tu le fais ! ».

Meding semble à l’aube d’une belle carrière mais surtout d’un mouvement. La graine qu’il a planté avec sa musique semble germer et donnera, on l’espère, un arbre sur lequel d’autres artistes fleuriront.

Tristan Alexandre
Tristan Alexandre
Journaliste à Lyon

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Livre : L’auteur stéphanois Daniel Couriol publie un troisième ouvrage consacré à la Guinée Conakry

Après avoir exercé diverses fonctions culturelles à l’Opéra de Saint-Etienne et dans les villes de Lyon et Firminy, Daniel Couriol a dirigé durant cinq ans le CCFG, le centre culturel franco-guinéen de Conakry où son travail avec le soutien de l’ambassadeur de France a laissé une trace durable, notamment dans le milieu littéraire.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.