L’opacité de la Chine, mais aussi de l’OMS sur la COVID-19 en RPC

Date:

Depuis le début du mois de janvier, les cadres de l’OMS se plaignaient de la sous-déclaration des décès liés au COVID-19 en Chine. Ils  affirmaient avoir des échanges avec leurs collègues chinois, mais que les données n’étaient pas suffisantes. Dimanche, suite à un entretien ente le directeur général de l’OMS et le Directeur de la Commission nationale de la santé en Chine, le ministre Ma Xiaowei, la RPC a communiqué de nouveaux chiffres. L’OMS demande à la Chine de continuer à lui transmettre des données et plus de transparence sur l’origine du virus alors qu’elle a semble-t-il elle-même occultée des données des autorités chinoises sur cette question. Explications. 

« Les chiffres actuels publiés par la Chine sous-représentent l’impact réel de la maladie en termes d’admissions hospitalières, d’admissions dans les soins intensifs et surtout en termes de décès » estimait le responsable de la gestion des situations d’urgence sanitaire à l’OMS, le Dr Mike Ryan, le 4 janvier dernier, il critiquait également la nouvelle définition « trop étroite » d’un décès attribué au Covid-19 par la Chine. Alors que le pays fait face à une flambée sans précédent de COVID-19 depuis la levée de sa politique Zéro Covid, les autorités chinoises ne déclaraient que 37 cas. 

Le mercredi 11 janvier, le directeur général de l’OMS évoquait une nouvelle fois « les sous-déclarations des décès liés au COVID en Chine », lors de la conférence de presse hebdomadaire de l’agence onusienne. 

La responsable technique de la gestion de l’épidémie de Covid-19, la Dr Maria Van Kerkhove affirmait quand à elle que l’OMS avait appelé plusieurs de ses collègues travaillant en Chine et ses partenaires techniques « partout dans le pays ». « Nous avons des informations supplémentaires qui nous ont été transmises quand à la manière dont la chine gère la situation, la manière dont la chine renforce sa riposte, quelle est la situation en termes de lit, comment les choses se passent en matière de traitement et qu’elles sont les mesures prises pour mettre l’accent sur la vaccination ». 

Elle affirmait que « La Chine met l’accent sur les groupes à risques », mais évoquait des « lacunes dans ces informations ». « Nous continuons de travailler avec nos collègues de Chine, nous essayons de mieux comprendre également qu’elle est la dynamique de transmission dans tout le pays. Nous essayons de comprendre également qu’elle est la ventilation, qu’elle est la répartition de l’hospitalisation et comment les choses se passent dans les unités de soins intensifs et quel est le nombre de décès liés à la covid. Nous essayons de voir qu’elle est la situation dans les différentes provinces dans le pays. Dans le même temps, nous demandons davantage d’information concernant le séquençage. Nous avons des informations provenant de Chine concernant le type de variant circulant et c’est surtout le BA5. » 

La Dr Van Kerkhove appelait de ses vœux « un appui pour procéder à une analyse épidémiologique et moléculaire de l’épidémie », mais concédait que« nos collègues chinois apportent leur contribution aux réseaux techniques, par exemple aux réseaux qui est chargé de la prise en charge critique et nous allons continuer de solliciter des informations pour pouvoir évaluer la circulation. »

Le Dr Mike Ryan continuait d’affirmer que « le nombre de décès notifier par la Chine est loin de représenter les chiffres réels ». « Par conséquent nous encourageons l’accès à ses données et dans le même temps nous devons rappeler que la Chine a également essayer de renforcer ses capacités internes pour répondre au besoin clinique de la population et aussi pour étendre le nombre d’hôpitaux qui ont été consacrés à la covid 19, le nombre de soins intensifs et aussi pour intégrer un certain nombre de dépistage précoce, de façon à ce que les personnes qui souffrent de différentes pathologies puissent être prises en charge rapidement. »

Répondant sur le Nouvel An chinois, le Dr Abdi Mahamud confiait avoir échangé avec ses collègues chinois « ils ont des stratégies en fonction des zones à risques ou pas à risque et des tests, il faudrait pour cela avoir des données ventilées et détaillées, à ce stade, il y a un plan, des messages publics qui sont diffusés ». « Concernant les politiques et les procédures, c’est ce que nous avons recommandé dans tous les pays, mais nous devons avoir des données détaillées notamment sur le plan épidémiologique qui indique les hospitalisations, les tests réalisés, les taux de tests positifs pour déterminer ce qui se passe quand on passe d’une zone à risque à une zone à risque plus faibles. »

La Chine communique de nouveaux chiffres après un entretien entre le directeur de l’OMS et le ministre Ma Xiaowei

« Un total de 59 938 [morts] ont été recensés entre le 8 décembre 2022 et le 12 janvier 2023 », a indiqué lors d’une conférence de presse Jiao Yahui, une responsable des autorités sanitaires chinoises, samedi 14 janvier, en précisant que ce bilan ne tient pas compte des décès enregistrés en dehors des structures médicales.

Le même jour, « le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est entretenue avec le ministre Ma Xiaowei, directeur de la Commission nationale de la Santé en Chine, au sujet de la situation du Covid-19 dans le pays » a indiqué l’organisation onusienne se félicitant « de cette réunion et de la communication publique d’informations sur la situation d’ensemble ».

Selon l’Organisation mondiale de la santé, « Les responsables chinois ont communiqué, directement à l’OMS et lors d’une conférence de presse, des informations sur des sujets tels que les services ambulatoires, les hospitalisations, les patients nécessitant un traitement d’urgence ou des soins intensifs et les décès hospitaliers liés à la COVID-19 ». 

L’OMS a annoncé qu’elle était « en train d’analyser ces informations, qui couvrent la période allant de début décembre 2022 au 12 janvier 2023 », mais s’est gardée de faire le moindre commentaire concernant ces chiffres. 

Elle demandait à Pékin que « les informations détaillées de ce type continuent » de lui être communiquées, notant « les efforts déployés par les autorités chinoises pour renforcer les soins cliniques pour sa population à tous les niveaux, y compris celui des soins intensifs ». « La situation épidémiologique globale est semblable aux vagues d’infections que d’autres pays ont pu connaître. Il en va de même de l’augmentation de la pression sur les services de santé. Les données communiquées font état d’un recul du nombre de cas, des hospitalisations et des personnes ayant besoin de soins intensifs. L’OMS a demandé qu’une ventilation plus détaillée de l’évolution des données par province lui soit communiquée. »

« Alors que le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies a précédemment signalé que les sous-lignées Omicron BA.5.2 et BF.7 circulent actuellement », l’OMS continuait de demander que « de nouvelles séquences soient communiquées aux bases de données en accès libre, comme celle de l’Initiative GISAID, afin de pouvoir mener des analyses phylogénétiques approfondies, et de poursuivre la collaboration avec les groupes techniques qui travaillent sur l’évolution du virus, les soins cliniques, ou d’autres thèmes »

Le 11 janvier, la Dr Van Kerkhove précisait pourtant qu’il y a « 90 à 91 pays qui partagent ces séquences ». « Nous ne disons pas que tout le monde doit partager les séquences, mais les pays doivent effecteur des tests, examiner les patients à risques, les patients décédés ».  

Dans son communiqué du 14 janvier, l’OMS affirmant qu’elle « continuera de collaborer avec la Chine, en fournissant des conseils et un appui techniques, et d’analyser la situation ». 

L’organisation onusienne affirmait que « Lors de cette réunion, le Dr. Tedros a également rappelé combien il est important que la Chine approfondisse sa coopération et améliore encore la transparence afin de comprendre les origines de la pandémie de COVID-19 et de mettre en œuvre les recommandations du rapport du Groupe consultatif scientifique de l’OMS sur les origines des nouveaux agents pathogènes (SAGO). »

L’OMS n’a pas été transparente lors de recherches sur l’origine du virus 

L’OMS a tout de même du toupet de demander plus de transparence aux autorités chinoises concernant l’origine du Virus.

Une équipe de virologue menée entre autres par le Dr Michael Worobey qui avait repris les données de la Mission-OMS Chine menée au début de l’année 2021 a en effet établi avec certitude que le marché de Huanan à Wuhan est le berceau de la pandémie de Covid-19 et que le virus a été « introduit dans la population humaine par deux évènements de transmission zoonotique ». Dans ce marché se vendaient à la sauvette des chiens viverrins, un animal qui se cachent dans des grottes pour manger des chauves-souris. Une seconde étude avait également effectué une analyse génomique rassemblant 700 génomes complets de SARS COV 2 prélevés sur le marché en janvier 2020. 

« Nous montrons que, contrairement à ce que certains ont pu croire, voulu croire ou affirmer, des mammifères vivants sensibles au SRAS-CoV-2 étaient présents sur le marché de Huanan durant les mois cruciaux de novembre et décembre 2019 » affirmait le Dr Worobey.

« En creusant plus profondément, nous avons trouvé un rapport du CDC chinois, qui avait effectué des tests sur des échantillons environnementaux (écouvillons de surfaces) sur le marché, qui fournissait des détails manquants dans le rapport de l’OMS », ajoutait-il. 

En tout cas samedi l’OMS a endossé le bon rôle, comme les Nations Unies semblent être en passe de le faire en Ukraine. 

Gregory Fiori
Gregory Fiori
Ex-rédacteur en chef

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Les Philippines et le Japon esquissent un pacte de défense face aux ambitions de la Chine

Une nouvelle dynamique de sécurité en Asie-Pacifique : Tokyo et Manille négocient un pacte militaire.

Pfizer ne connaissait ni l’efficacité de son vaccin anti covid, ni ses effets indésirables et secondaires à long terme

L’ONG Sud-Africaine Health Justice Initiative qui réclamait l’accès aux contrats des vaccins anti Covid signés par le gouvernement de son pays avec les groupes pharmaceutiques a obtenu gain de cause auprès de la justice et les a publié sur Internet. On apprend notamment que Pfizer ne connaissait ni l’efficacité de son vaccin ni les effets indésirables et secondaires à long terme, mais ne s’en souciait guère, puisqu’une clause indiquait que « l’acheteur serait responsable de tous les coûts liés à tout rappel ou retrait du marché du produit ». 

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.