DJ Duke vu par Casus Belli

Date:

Le regretté DJ Duke est décédé le 6 Novembre 2020, après plus de trente ans d’activisme dans le hip-hop. Trois ans après sa disparition, nous avons pu échanger avec Casus Belli, rappeur référent à Lyon. L’enregistrement de son premier morceau en 1996 : c’était dans le studio de Duke. Son premier album Soul Fiction en 2005, a été co-produit par Duke. Le destin et l’amour du hip-hop a lié ces deux artistes. CazB’ revient avec nous sur ses anecdotes qui concernent son histoire personnelle avec le défunt DJ dijonnais, qui ont en partie créé la légende DUKE.

Quelques jours avant la soirée événement en hommage à DJ Duke « Duke Heritage », nous avons rencontré Casus Belli, célèbre rappeur lyonnais. Nous avons discuté avec lui dans le 9ème arrondissement de Lyon autour d’un café, à quelques centaines de mètres du quartier où il réside. Grand fan de DJ Duke à la mi-temps des années 90, CazB est devenu un de ses fidèles acolytes. Ils collaboreront d’ailleurs sur le projet Soul Fiction quelques années plus tard. Retour sur une relation passionnée.

« Un phare dans le hip-hop à Lyon »

Casus Belli durant son échange avec Véridik pour parler de son acolyte de la première heure : DJ Duke. Crédits : Tristan.

Véritable pont entre artistes, générations et influences musicales diverses, DJ Duke était avant tout un être-humain aux relations fortes. Ce n’est pas Casus Belli, qui va nous dire le contraire. En 1996, le jeune Sylvain a 17 ans et il se construit petit à petit une carrière de MC. À Lyon, avec son deuxième crew le Tapis Versatile, il commence à faire du bruit et ses freestyles font le tour de la ville. Ces bons retours lui font envisager d’enregistrer un morceau en studio. Aujourd’hui, c’est assez banal, mais pour l’époque, les studios accueillant des artistes hip-hop ne courent pas les rues entre Rhône et Saône. Cazb’ se souvient : « Les gars de Tapis Versatile étaient déjà en contact avec Duke à l’époque, quand j’intègre leur collectif, je suis leur petit. Je commence à rapper avec eux et comme je rappe bien, ils veulent me faire enregistrer. Ils pensent à faire ça chez Duke. Il ne venait pas de Lyon à la base, mais ici, il était connecté avec tous les groupes de rap actifs. C’était quelqu’un de très établi. Quand on me parlait de Duke, pour moi c’était quelque chose ». Puis, arrive ce fameux soir de Juin 1996 où Casus Belli foule pour la première fois la porte du studio et rencontre celui dont tout le monde parle : « Troisième Sous-Sol, c’était le studio qui faisait enregistrer IAM, Passy, 2bal2neg, Ménage à trois, La Cliqua : tous les groupes incroyables de l’époque, quand ils passaient à Lyon, ils allaient dans ce studio ». Il se déplace donc dans ce lieu composés de 2 pièces : une première où le DJ et ses machines étaient en pleine création « pas plus grande qu’un cage à poules » confie Casus, et une seconde pièce où l’artiste pouvait y inviter une quinzaine de personnes et chanter au micro. Ce studio au sous-sol d’un immeuble de plusieurs étages dans le quartier de Saint-Paul est accueillant, et c’est dans un contexte, une atmosphère bien particulier(e) que Casus y pénètre : « À l’époque, il faisait les mixtapes « Duke Flava ». Il m’accueille au troisième sous-sol, son studio légendaire. Direct il me dit ‘bah vasy, pose’ (rires). Il me fait écouter 2/3 sons, je choisis une instru et il me fait poser directement dessus. C’est mon premier enregistrement en studio. Avant, j’avais fait des petits enregistrements, mais c’était des petits 4 pistes. Là, j’arrivais dans un vrai studio ».

DJ Duke, vu par le photographe Cédric Darbord de LYON Hip-hop dans son studio « 3ème sous-sol ».

Anticonformiste et perfectionniste

Même s’il est content et fier de pouvoir travailler avec une légende du hip-hop lyonnais, Casus se souvient du degré de perfectionnisme du DJ originaire de Dijon qui lui a presque fait regretté d’être venu : « Au studio, pour moi c’était un relou. J’aime bien quand c’est rapide, en one-shot. Des fois tu as des compositeurs qui te donnent une prod et qui ne calculent pas ce qu’il se passe. Lui il réalisait le morceau avec toi. C’était un producteur au sens noble du terme. Il t’accompagnait dans le studio jusqu’à qu’il ait le morceau qu’il veut. Il me faisait reposer des couplets que je trouvais bien 20/30/40 fois, tout ça pour avoir le bon ton. Moi je suis plus freestyle et je vais le faire en 2/3 prises. Cette façon de travailler, je l’ai retrouvé qu’avec des artistes méticuleux, hyper pointilleux. Quand je faisais un morceau avec lui, je savais que je n’allais pas enregistrer en dix minutes (rires). Cette première fois que j’ai enregistré en studio avec lui, c’était un peu de pression. Je me suis dit ‘dans quelle galère je suis’ (rires)». Malgré cette expérience malgré tout très positive, le morceau enregistré dans le cadre du projet « Duke Flava » ne verra malheureusement jamais le jour. Anticonformiste et perfectionniste assumé, Duke décidera de ne jamais signer en maison de disque pour sortir cet E.P. CazB’ regrette un peu ce choix avec le recul : « Je m’en souviens, c’était en juin. Je partais en vacances juste après et je me disais ‘je vais avoir mon morceau à la FNAC, je vais être une star, lourd’. Le morceau n’est jamais sorti finalement, car le projet non plus n’est jamais sorti. Le morceau devait s’appeler « J’écris pour garder mes marques » ou un truc comme ça. J’ai eu une maquette à l’époque, mais je ne l’ai plus depuis. C’est le seul morceau qu’il manque à ma discographie ».

Undaground’ et undercover

Après ce premier morceau, Casus reste assez proche du musicien lyonnais. Une relation va se créer et le « grand-frère » Duke va laisser le jeune casus profiter du studio « J’étais souvent fourré chez lui mais j’enregistrais ailleurs. On était souvent les ragondins à trainer autour de son studio et à y pénétrer avec Medina, Octopussy » se rappelle-t ’il avec un brin d’émotion. Duke y enregistrera d’ailleurs les plus grands noms du rap français de l’époque. Une vraie expérience qui a marqué Casus Belli : «Il était rap, hip-hop. il avait des connexions avec Rocca. Déjà à l’époque, il rassemblait tout l’underground, ceux qui avaient une légitimité. C’est pour ça qu’il était respecté de partout, il avait un charisme, une présence. Quand tu regardes bien, il a fait toutes les connexions : de Rockin Squat et Assassin à Kourtrajmé, La Cliqua, Roca, IAM, le Brésil, les américains comme Keith Murray…  ». Casus se souvient également de cette anecdote en studio : « Je me rappelle d’une séance d’enregistrement avec Rockin Squat dans le studio, c’était lourd pour moi. Il gérait un artiste et ils enregistraient un morceau chez Duke. J’étais resté toute la nuit avec eux. A l’époque j’habitais à Vaulx-en-Velin et on avait fini la session d’enregistrement à 2 heures du matin. Je suis rentré à pied depuis Hôtel-de-ville. Tout ça pour vivre le moment ».

Soul Fiction

La pochette du premier album de Casus Belli « Soul Fiction », co-produit par DJ DUKE.

Après avoir longtemps trainé dans ses pattes, Casus Belli a fini par envisager de collaborer plus durablement avec Duke. Au début des années 2000, le jeune rappeur se confie sur ses projets avec le DJ et ce-dernier lui apporte sa vision, sa touche, ses conseils. C’est à un artiste complet et aguerri qu’il se confie : « C’était un phare pour moi, je lui faisais écouter tous mes morceaux. Je lui faisais écouter car j’aimais bien avoir son avis, savoir ce qu’il en pensait. Je lui faisais écouter mes morceaux par respect et car sa parole était importante. C’était un ancien, quelqu’un qui connaissait la musique, donc si tu es validé par Duke, tu peux sortir ton projet derrière ». Leur relation musicale et personnelle se développe si bien, que Casus envisage une collaboration avec le DJ lyonnais sur son prochain projet : Soul Fiction. « Il a co-produit Soul Fiction avec moi. il avait été agréablement surpris par l’atmosphère du projet à l’époque, les prods… Il a produit avec nous, il nous a aidé à aller chez Cut Killer (pour le freestyle Bumrush, NDLR). Il y a eu de la co-production dans le sens où il nous a aiguillé, il nous a mis en lien avec Sens Unique pour le mix du projet et on a fait les aller-retours en Suisse ensemble. C’était un vrai coup de main ».

Freestyle de Casus Belli et de son entourage, sous la supervision musicale de DJ Duke, pour le « freestyle Bumrush » du DJ parisien Cut Killer.

« Il avait été notre DJ quand on est montés faire l’émission avec Cut Killer. C’était chez lui qu’on avait bossé les freestyles, les changements d’instrus et de vinyles ».

En plus du projet, Duke accompagne également Casus quand il défend son projet, notamment sur la scène de La Marquise, comme ce fût le cas après la sortie de Soul Fiction. La péniche des Quais du Rhône a longtemps été le repère de Duke à Lyon, où il a réalisé de nombreuses soirées dès 1996 en solo, puis pour des concerts avec des artistes plus tard. La Marquise, qui a d’ailleurs accueilli le premier événement en hommage à Duke le 10 novembre 2021. Casus faisait partie des invités surprises du concert au même titre qu’Oxmo Puccino. Le quarantenaire se souvient : « Être invité à la soirée en son hommage c’est un honneur. Ça me permet de lui rendre hommage. Sachant que je ne rappe plus et que je ne fais plus de concerts. S’il y en a bien un pour qui je voulais remettre les gants, c’est Duke. Surtout que La Marquise c’était un sacré lieu pour lui. On y avait fait aussi nos soirées de lancement avec Soul Fiction, c’est un endroit marqué ».

« Tu ne le vois pas de 2004 à 2014, tu le revois après, rien n’a bougé »

Si Soul Fiction n’a pas reçu le succès escompté pour l’artiste sur la scène nationale, le projet reste un moment important de la relation commune avec Duke. L’univers du sampling, de la soul et d’un univers boombap très connoté a donné envie à Casus d’expérimenter d’autres choses par la suite. Après avoir signé chez Foulek, le label de Rohff en 2009, Casus décide de partir vers une autre influence musicale. Il se remémore : « Duke pour moi il était assez assimilé au samples, au boombap. Ça allait très bien sur Soul Fiction. Pour le ‘Casus Belli d’après’, on avait G futuristik qui arrivait en France et qui commençait à faire des grosses prods donc on a bossé avec lui. Les couleurs ne se mariaient pas avec ce que faisait Duke », avant de tempérer : « Le sampling, c’est ça le rap. Autour on a fait des branches, mais la base, le tronc d’arbre c’est le sample ».

DJ Duke avec ses meilleurs amis : son ordinateur et ses platines. Crédits : Laurent Bugnet.

Malgré les années qui passent et les chemins différents que prennent les deux artistes, la relation a toujours été forte entre Casus et son comparse producteur. Au fil des années, il nous assure que « rien n’a pas bougé ». Duke partait avec Assassin pour des tournées internationales sur plusieurs années quand l’actuel professeur de sport dans un établissement du 5ème arrondissement se mettait en retraite de la musique dès 2008/2009 : « Il fait partie des personnes clefs avec qui j’ai évolué dans ce milieu. C’est quelqu’un avec qui on s’envoie des messages comme d’hab’. S’il y a des trucs à se faire écouter on se les fait écouter. Même après avoir arrêté et repris la musique. Ça ne bouge pas. C’est le genre de personne tu ne le vois pas entre 2004 et 2014, tu le revois après, ça n’a pas bougé. Ça fait partie des personnes avec qui ‘on se sait’. A ce niveau-là, c’était le grand-frère, je l’appelais le viking».

Mode de vie ‘Béton Style’

Si rien n’a bougé entre les deux lyonnais, c’est aussi car leur vision sans concession et authentique a accompagné et figé dans le marbre leurs deux carrières. Le hip-hop rapprochait avant toute chose ces deux passionnés : « Il est hip-hop dans le mentalité. Peu importe que tu sois connu ou pas, s’il aimait ce que tu faisais, il va y aller, il va foncer et faire le truc. Il a fait d’innombrables projets avec des plus jeunes ou des artistes américains. C’est le passionné de chez passionné qui se met à fond dans ce qu’il fait. Il ne calcule pas enfaite, il le fait parce qu’il doit le faire, c’était ça son truc. C’était vraiment un bboy au sens noble du terme : il vivait hip-hop, il mangeait hip-hop, il dormait hip-hop ».

Casus Belli, invité surprise du premier événement « Duke Heritage » à la Marquise, le 10 Novembre 2021. Crédits : Tristan.

Pour cette passion, il pouvait faire beaucoup pour les gens qu’il appréciait. Le cœur et la porte du studio étaient toujours ouverts aux gens qu’il considérait : « Duke avait toujours la porte de son studio ouverte pour les nouvelles générations. C’est ce qui lui a permis de durer et de passer à travers. Il a toujours été respecté et respectueux. Son franc-parler c’était sa force. Il n’était pas à la recherche de gloire et s’il devait te dire merde, il te le disait, peu importe qui tu es. Il donne du respect à tout le monde ».

Si Casus Belli été l’invité surprise du dernier événement en hommage à DJ Duke en novembre 2021, le brondillant d’origine ne fera pas partie de la floppée d’artistes présents pour l’événement de 2023 «Je serais là en tant que simple spectateur. Je ne vais pas rapper à chaque fois (rires) ». L’interprète de « Tout P’tit » tient pour autant à rendre hommage en musique et en concert, à celui qui s’est toujours donné à fond pour lui. Soyez observateur, vous pourrez surement croiser le « Pelavo » ce vendredi 20 Janvier au Transbordeur.

Tristan Alexandre
Tristan Alexandre
Journaliste à Lyon

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Lyon : Les rappeurs, breakeurs et street artistes lyonnais réunis autour du Hip hop Talents

Le dimanche 3 septembre, la cité des Halles du 7e arrondissement de Lyon accueillera la dernière journée des sélections régionales du Hip Hop Talents. Cet évènement organisé en partenariat avec les Espaces culturels E. Leclerc, promet une journée intense où danseurs, rappeurs et street artistes rivaliseront pour une place à la grande finale parisienne prévue le 30 septembre.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.