Iran : Les nouvelles tactiques de la cyberarmée de Khamenei 

Date:

Depuis septembre 2022 et le soulèvement initié par la colère populaire née du meurtre de Mahsa Amini, les autorités iraniennes usent de tous les moyens possibles pour dissiper la révolte et éconduire les résistants. Des moyens visibles et radicaux ; répression violente, tortures, exécutions publiques. Mais également des moyens plus « discrets ». Comme un paradoxe, le pouvoir aux lois moyenâgeuses promeut la cyberguerre comme l’un de ses leviers les plus sérieux. Le fait est qu’après la Chine, l’Iran dispose de la deuxième cyber-armée au monde en nombre… 

L’état-major général des forces armées a récemment informé l’ensemble des forces militaires que les bataillons cybernétiques allaient devoir effectuer des exercices. Exercices actuellement en cours, et jusqu’à la fin de l’année i iranienne au moins, dans toutes les provinces du pays. En outre, l’organisation de l’espace virtuel du régime est tenue de vérifier chaque semaine les performances de ces bataillons et d’en rendre compte au commandant de l’armée de Téhéran dans toutes les régions. 

Une guerre d’image 

Ainsi, les méthodes du régime en matière de propagande ont évolué. Désormais, la cyber-armée se focalise sur la production de contenu sur la toile ; textes, photos, clips vidéos, instructions, punchlines… Tout est fait pour donner l’impression de posts ou de commentaires spontanés louant le régime et destinés à créer le doute dans les esprits rebelles. Seulement, dans l’urgence, le pouvoir iranien a du brûler des étapes et les internautes ne restent pas dupes longtemps de ces messages à la gloire du guide suprême… Il semble d’ailleurs que l’un des messages les plus fréquents à l’heure actuelle sur les réseaux soit : « Est-ce que votre post est payé ? » Il apparaît même que, dans un souci de discrétion et d’anonymat complet, les fameux paiements s’effectuent aujourd’hui en cartes cadeaux ! 

La cyber-intimidation ! 

Un autre phénomène courant ces derniers mois, surtout dans les réseaux sociaux utilisés par le régime, est un phénomène appelé « cyber-intimidation « . Il est défini de telle sorte que divers types de technologies de l’information et de la communication sont utilisés de manière planifiée, répétée et hostile par un individu ou un groupe (plus ou moins anonymes) à des fins de harcèlement. Messages à caractère sexuel, menaces physiques et psychologiques, obscénités gratuites, diffamation, moqueries, publication de mensonges nuisant à la réputation… Tous les moyens sont bons. Régulièrement soulevée depuis 1999 comme un problème social dans le réseau virtuel, la cyber-intimidation est aujourd’hui devenue une arme destinée à briser les liens unissant les gens du peuple, à casser leur confiance et à détruire leur psyché. 

Les cybers tactiques du régime 

Le fait est que depuis le début du soulèvement, les anciennes méthodes utilisées par le gouvernement (comptes publics sur les réseaux sociaux) ne sont plus efficaces, la population déjouant la propagande avancée par l’état. Ce dernier a du évolué et use dorénavant de « déguisements » pour poursuivre son travail de sape. Il n’est pas rare de trouver un compte prétendant renverser le régime parmi les défenseurs du pouvoir en place. De manière générale, les comptes sur les réseaux sociaux peuvent être divisés en cinq catégories : 

Première catégorie : comptes à fort volume et travail robotique 

Il s’agit ici d’une ancienne méthode remise au goût du jour, nommée « opération like ». Ces comptes opèrent en grand volume avec un travail robotique classique, à savoir encombrer, submerger voire saturer l’espace virtuel de messages pro-régime afin de minimiser l’impact des posts et hashtags pro-révolution. 

Deuxième catégorie : des comptes variables en fonction des besoins quotidiens du régime 

De nombreux comptes créés par la cyber-armée du régime changent quotidiennement de nature, de nom, voire de couleur politique. Un jour monarchiste, le lendemain fondamentaliste ou réformateur pour finir révolutionnaire une semaine plus tard, selon les besoins de communication du régime. Ces comptes conservent une exposition totalement libre sans aucune crainte. De plus, l’historique de ces comptes trahit leurs fonctions puisque de nombreux posts sont en contradiction les uns avec les autres. L’objectif recherché par l’alimentation de ces bots est la division, la méfiance au sein de la société iranienne et le désespoir assorti de la peur de manifester. Des milliers de comptes répètent ainsi les mêmes formulations aux mêmes instants, donnant l’impression d’une vague d’expression spontanée destinée à maintenir le peuple sous la coupe du régime. 

Troisième catégorie : les comptes au nom de « insurgés » ou « royaliste » ou… 

Il existe également toute une série de comptes soi-disant attribués aux insurgés émanant de divers groupes ou groupuscules désireux de renverser le régime. Or, ces comptes sont rattachés au ministère de l’information et destinés à collecter des informations sur les insurgés et résistants s’y connectant. L’autre intérêt de ces comptes pour le régime est de semer le doute dans les esprits des exilés, leur laissant penser, par exemple, que les royalistes disposent d’une large base dans la population, créant ainsi une peur, une déception voire des divisions artificielles au sein des opposants. 

Quatrième catégorie : les comptes connus sous le nom de comptes Twitter et Instagram et…. 

Ces comptes, aux comportements délibérément voyous, opèrent sous le couvert de l’anti-régime. Leurs noms sont souvent étranges. D’abord, ils essaient d’attirer des adeptes en écrivant continuellement du contenu quotidien afin d’avoir une base. Ensuite, ils peuvent largement publier de fausses nouvelles et spécifiquement contre la résistance. Leur objectif est de créer des ondes déviantes et de diffuser des fakes news en attaquant les forces de la résistance. 

Cinquième catégorie : entrer dans les comptes influents 

La cinquième catégorie n’est pas un phénomène nouveau, mais son expansion dans le récent soulèvement est très impressionnante. Cette catégorie regroupe les comptes influents qui ont des identités et des visages connus. La plupart de ces personnes sont les idéologues d’hier (par exemples partisans de Khatami ou de Rohani) ou ceux qui ont des intérêts dans ce régime, et certains sont en fait des salariés du régime dont les revenus proviennent du réseau social utilisé. Ils vivent pour la plupart en dehors de l’Iran. Leur contenu sur les réseaux sociaux est apolitique, mais lorsque le régime en a besoin, ils agissent mieux que n’importe quelle publicité payée pour le régime en publiant un post, en remplissant un clip et en le diffusant à grande échelle. Leur premier objectif est la diabolisation de la résistance, en intimidant et en créant une vague de pression et de menaces contre ceux qui soutiennent la résistance en Iran et qui ont pris position contre le régime. Les propriétaires de ces sites sont à l’étranger, mais ils ont officiellement tweeté et posté qu’ils avaient voté pour Rouhani lors des précédentes élections ! Bien entendu, certains d’entre eux ont effacé leurs précédents contenus en raison de l’atmosphère liée au soulèvement, mais dans tous les cas, ils sont ouvertement engagés dans l’aide au régime à différents moments. 

Le cyber régime et le soulèvement démocratique du peuple iranien 

La propagation du soulèvement démocratique du peuple iranien a conduit le régime, en plus de tous les cas mentionnés plus haut, à se tourner vers des actions complémentaires telles que l’achat des gens, l’utilisation de cellules dormantes et les hirondelles ii. On voit des lobbyistes, des journalistes, des analystes et des professeurs qui travaillent au service du régime. Certains d’entre eux sont d’anciens représentants ou ambassadeurs du régime et œuvrent désormais en tant que professeurs d’université par exemple. On trouve également des enfants célèbres du régime et des hommes d’affaires à l’étranger, apparaissant dans le mouvement et travaillent en accord avec les intérêts du régime. Parmi eux, il y a aussi des non-Iraniens servant les intérêts du régime, actifs contre le soulèvement en plus de leurs prises de position régulières contre la résistance de l’Iran, leur cause principale. 

Ces personnes travaillent dans différents secteurs d’activité, de l’enseignement des langues, à la vente de sexe, pour la santé en passant par le culturisme, la rédaction de journaux ou la mode. L’objectif de ces lobbyistes est toujours le même, tenter de discréditer le CNRI iii, faire croire à la remontée des royalistes pour affirmer que la seule solution politique pérenne est incarnée par le guide suprême et la théocratie. A n’en pas douter, nombre de ces « bon penseurs » sauront retourner leur veste à l’heure de l’effondrement. Mais ils feront alors tout ce qu’ils peuvent pour promouvoir une alternative autoritaire aux mollahs, la maquillant, une fois de plus, sous le fard de la démocratie… 

i Le calendrier Iranien fixe la nouvelle année le jour de l’équinoxe de printemps, autour du 21 mars.

ii Dans le langage du régime iranien, les hirondelles sont des femmes recrutées par le ministère de l’Information.

iii Conseil National de la Résistance Iranienne, regroupant tous les groupes d’opposants au régime théocratique et présidé par Maryam Radjavi.

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Les Philippines et le Japon esquissent un pacte de défense face aux ambitions de la Chine

Une nouvelle dynamique de sécurité en Asie-Pacifique : Tokyo et Manille négocient un pacte militaire.

Iran: le non-port du voile sévèrement puni, un an après le décès de Mahsa Amini

Le Parlement iranien a voté, le mercredi 20 septembre, en faveur d'un renforcement des sanctions contre les femmes qui ne respectent pas le code vestimentaire strict du pays en ne portant pas le voile dans les espaces publics. Ce vote intervient quatre jours après le premier anniversaire de la mort tragique de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans qui est devenue un symbole de rébellion en Iran.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.