L’OMS stoppe « discrètement » ses investigations sur l’origine du Covid-19 qui n’avaient pas vraiment commencé

Date:

Lors de la conférence de presse de l’OMS qui s’est tenue le 15 février, ses cadres ont été interrogés sur l’article sorti dans Nature la veille qui affirme que l’organisation onusienne a stoppé « discrètement » ses investigations sur l’origine du Covid-19. Ils et elles ont tenté de noyer le poisson. 

Dans un article intitulé L’OMS abandonne ses plans pour la deuxième phase cruciale de l’enquête sur les origines du COVID, publié le 14 février, la revue Nature affirme que « L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a discrètement suspendu la deuxième phase de son enquête scientifique très attendue sur les origines de la pandémie de COVID-19 ». Selon Nature, l’OMS invoquait les difficultés rencontrées pour mener les études, comme le manque de collaboration des autorités chinoises. 

L’enquête OMS-Chine 

Lors de La 73e Assemblée mondiale de la santé, l’OMS avait adopté une résolution le 19 mai 2020, dans le cadre de l’approche One Health, visant à « identifier la source zoonotique du virus ».

En juillet 2020, l’Organisation onusienne a envoyé une petite équipe en Chine pour planifier une étude conjointe avec Peking.

Le 31 juillet l’Organisation mondiale de la Santé publiait un document intitulé Étude mondiale sur les origines du Sars Cov-2 – Termes de références pour la partie Chine, qui comme son nom l’indique était une feuille de route pour la partie chinoise de la future Mission OMS-Chine. 

Elle s’intéressait notamment à Huanan, le marché de fruits de mer de Wuhan, autour duquel étaient apparus les premiers cas de Covid-19. Il était indiqué que « Fin décembre 2019, 10 exploitants de stands commercialisaient des animaux sauvages vivants, notamment des tamias, des renards, des ratons laveurs, des sangliers, des salamandres géantes, des hérissons, des cerfs sika, entre autres ».

Il était également souligné qu’à la fermeture de Huanan, le 1er janvier 2020, « plusieurs enquêtes ont suivi, y compris un échantillonnage environnemental sur le marché, ainsi qu’un échantillonnage de carcasses d’animaux congelées sur le marché ». Si aucun des « 336 échantillons prélevés sur des animaux n’étaient positifs par PCR pour le SRAS-CoV-2 », « 69 des 842 échantillons environnementaux étaient positifs ». « Ceux-ci étaient pratiquement identiques aux échantillons de patients collectés en même temps ». 

L’équipe de la Mission OMS-Chine qui était composée de 17 experts chinois et de 17 experts internationaux issus de 10 pays différents ainsi que de l’OMS et de l’Organisation mondiale de santé animale (OIE) a enquêté sur le terrain à Wuhan du 14 janvier au 10 février 2021. L’équipe internationale a mené l’enquête autour de quatre hypothèses : le passage direct de la chauve-souris à l’homme, le passage de la chauve-souris à un animal intermédiaire, un passage par l’alimentation et une fuite de laboratoire. Mais elle penchait plutôt pour la transmission de la chauve-souris à l’homme via un animal intermédiaire comme sa feuille de route lui indiquait.

Il convient également de préciser que celui qui dirigeait cette équipe n’était autre que le Dr Peter Daszak, un zoologue britannique, expert en écologie des maladies et plus particulièrement des zoonoses qui est le grand chantre de la stratégie One Health.

Dans son rapport publié le 31 mars, la Mission conjointe OMS-Chine avait stipulé que 55 des 168 premiers cas de Covid-19 répertoriés à Wuhan étaient associés au marché de gros de fruits de mer de Huanan à Wuhan. L’équipe internationale a indiqué que la transmission de l’animale à l’homme était la piste la plus probable, mais que malgré l’analyse de 80 000 prélèvements, elle n’avait rien trouvé de tangible.

Nature affirme que « L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a discrètement suspendu la deuxième phase de son enquête scientifique »

Selon Nature, cette première phase avait été « conçue pour jeter les bases d’une deuxième phase d’études approfondies afin de déterminer exactement ce qui s’est passé en Chine et ailleurs ». « Mais deux ans après ce voyage très médiatisé, l’OMS a abandonné ses plans de phase deux. »

Nature rapporte que la Responsable technique de la réponse à la COVID-19, la Dr Maria Van Kerkhove a affirmé à qu’ « Il n’y a pas de phase deux ». « La politique à travers le monde à ce sujet a vraiment entravé les progrès dans la compréhension des origines. »

Interrogé lors de la conférence hebdomadaire de l’OMS qui s’est tenue le 15 février à Genève, par la journaliste de POLITICO, Ashley Furlong, la Dr Van Kerkhove affirme qu’ « Il s’agit d’une erreur de reportage qui est assez préoccupante, car elle provoque de gros titres inexacts ».

Dans l’article de Nature, on apprend qu’ « En juillet, l’OMS a envoyé une circulaire aux États membres expliquant comment elle prévoyait de faire progresser les études sur les origines ». « Les étapes proposées comprenaient l’évaluation des marchés d’animaux sauvages à Wuhan et dans les environs et les fermes qui approvisionnaient ces marchés, ainsi que des audits de laboratoires dans la région où les premiers cas ont été identifiés. »

Selon nos confrères, « les responsables chinois ont rejeté les plans de l’OMS, contestant particulièrement la proposition d’enquêter sur les violations de laboratoire ». « En août 2021, les membres de l’équipe de mission originale ont publié un article de commentaire dans Nature appelant à une action rapide sur les études proposées pour retracer les origines du virus. »

« Nous avons écrit cet article parce que nous craignions que la phase deux ne se produise », déclare dans les colonnes de Nature, Marion Koopmans, virologue au centre médical universitaire Erasmus de Rotterdam, aux Pays-Bas. 

Nos confrères précisent qu’ « En novembre 2021, l’OMS a formé le Groupe consultatif scientifique sur les origines des nouveaux agents pathogènes (SAGO) – une équipe permanente d’experts qui a depuis rédigé une proposition sur la manière de mener des études sur les origines des futures épidémies ». « SAGO a également évalué les preuves sur les origines du SARS-CoV-2. »

La réponse de l’OMS 

Lors de la conférence hebdomadaire de l’OMS qui a eu lieu ce mercredi, la Dr Van Kerhov affirme qu’ « Initialement, la phase deux était un plan pour être une continuation de cette mission de janvier 2021 à Wuhan, qui était en quelque sorte considérée comme la phase un, mais nous avons mis à jour nos plans ». « Dans un sens, la deuxième phase est devenue SAGO. Nous nous appuyions sur ce qui avait été fait lors de la première phase et en particulier sur le SAGO en tant que groupe consultatif stratégique permanent pour étudier les origines du COVID-19, mais pour travailler largement pour établir un cadre permettant de comprendre les cadres de toute future épidémie et pandémie et les agents pathogènes qui émergent. »

Le Dr Tedros a quant a lui indiqué qu’il a envoyé « une lettre à un haut fonctionnaire en Chine, demandant une coopération ».

La journaliste Christiane Oelrich, Reporter pour DPA News Agency a demandé à la Dr Maria Van Kerkhove si elle envisageait toujours des missions en Chine. 

Ce à quoi l’épidémiologiste de l’OMS a répondu que les études sur les origines étaient quelque chose de « très difficile ». « Il faut comprendre les origines animales possibles, les animaux qui y sont sensibles, les informations sur le commerce de la faune, les gens qui travaillent sur ces marchés et vendent ces animaux… Il y a des suggestions de fuites de laboratoire ou de libération, délibérées ou non, ou accidentelle d’un agent pathogène entrant dans la population humaine par une violation de la biosécurité ou de la biosûreté ». 

Elle a également évoqué « Les études scientifiques qui prennent du temps ». « C’est vraiment le temps qu’il faut pour faire ce genre de missions .» Dans l’article de Nature on peut toutefois lire que « les chercheurs disent que trop de temps s’est écoulé pour rassembler certaines des données nécessaires pour déterminer l’origine du virus. »

Les études qui vont plus loin que l’OMS 

Une étude publiée le 26 juillet 2022 dans Science, intitulée Huanan, le marché aux fruits de mer de Wuhan est le premier épicentre de la pandémie de COVID-19 a repris les données collectées par la mission OMS-Chine. Le Dr Worobey qui a participé à cette enquête affirme que « nous pouvons affirmer avec confiance que la pandémie a commencé sur le marché de gros de fruits de mer de Huanan à Wuhan, toutes les preuves indiquant de manière retentissante un débordement zoonotique ». 

Alors que l’OMS indiquait dans son rapport du 31 mars 2021 qu’elle n’avait rien trouvé de tangible, les auteurs de l’enquête affirment que « malgré les défis, la base de preuves de l’origine du SRAS-CoV-2 est plus solide et concluante que presque tout autre virus émergent au cours du siècle dernier ». 

Ils estimaient que « la probabilité que le SRAS-CoV-2 provienne d’ailleurs que du marché de Huanan est extrêmement mince ». « Nos travaux devraient mettre fin à l’hypothèse selon laquelle le SRAS-CoV-2 est sorti d’un laboratoire. »

Ou encore que « D’après ces travaux, les preuves sont claires : le marché de Huanan a été l’épicentre de cette tragique pandémie, et il est pratiquement certain que l’émergence du SRAS-CoV-2 était liée au commerce d’animaux sauvages vivants ». « Quiconque vous dit le contraire ne comprend pas la science ou ne veut pas que vous la compreniez. » 

« Nous montrons que, contrairement à ce que certains ont pu croire, voulu croire ou affirmer, des mammifères vivants sensibles au SRAS-CoV-2 étaient présents sur le marché de Huanan durant les mois cruciaux de novembre et décembre 2019 » insistaitle Dr Worobey sur Twitter

« En creusant plus profondément, nous avons trouvé un rapport du CDC chinois, qui avait effectué des tests sur des échantillons environnementaux (écouvillons de surfaces) sur le marché, qui fournissait des détails manquants dans le rapport de l’OMS », peut-on encore lire.

Parmi ces animaux se trouvaient notamment des chiens viverrin, un animal qui se cache dans des grottes pour manger des chauves-souris et dont l’OMS ne parle jamais. 

L’article publié par Nature qui affirme que l’OMS arrête « discrètement » ses investigations évoque également une étude menée par les autorités chinoises : « En mai de l’année dernière, des chercheurs de Pékin et de Wuhan ont publié les résultats d’une analyse du sang de donneur fourni au centre de transfusion de Wuhan avant décembre 2019 ».

Michael Worobey, encore, lui, considère que ce travail est « une contribution importante des scientifiques chinois, soutenant des analyses génomiques antérieures montrant que le virus n’était probablement pas apparu dès septembre et n’était pas répandu à Wuhan fin 2019 », selon Nature. 

Preuve que l’opacité qui règne autour de l’origine du Sars Cov2 n’est pas due qu’à la Chine. 

Gregory Fiori
Gregory Fiori
Ex-rédacteur en chef

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Les Philippines et le Japon esquissent un pacte de défense face aux ambitions de la Chine

Une nouvelle dynamique de sécurité en Asie-Pacifique : Tokyo et Manille négocient un pacte militaire.

Pfizer ne connaissait ni l’efficacité de son vaccin anti covid, ni ses effets indésirables et secondaires à long terme

L’ONG Sud-Africaine Health Justice Initiative qui réclamait l’accès aux contrats des vaccins anti Covid signés par le gouvernement de son pays avec les groupes pharmaceutiques a obtenu gain de cause auprès de la justice et les a publié sur Internet. On apprend notamment que Pfizer ne connaissait ni l’efficacité de son vaccin ni les effets indésirables et secondaires à long terme, mais ne s’en souciait guère, puisqu’une clause indiquait que « l’acheteur serait responsable de tous les coûts liés à tout rappel ou retrait du marché du produit ». 

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.