Sécheresses actuelles et à venir : que préconisent les scientifiques ?

Date:

Les températures extrêmes et les conditions de sécheresse menacent l’agriculture et les écosystèmes, mettant en évidence les effets indéniables du réchauffement climatique. Une adaptation individuelle et collective sera nécessaire pour repenser nos habitudes et pratiques en vue de préserver la planète.

Il fait 40°C en Espagne en plein mois d’avril : les hydrologues sont affolés. A certains endroits, les indices hydriques des sols agricoles ont atteint les niveaux du Sahara : 0% sur [0-40cm]. En plus des risques très élevés d’incendies, c’est l’ensemble de l’agriculture qui est menacée et qui doit irriguer, pour survivre, plus qu’habituellement (et donc pomper dans des réserves qui sont déjà diminuées), sans compter les nombreux écosystèmes qui ne sont pas adaptés et souffrent de ces températures mortelles. Cette tendance n’en est qu’à ses débuts et va se renforcer dans les décennies à venir.

Quelles solutions pourraient être envisagées ?

Les effets indéniables du réchauffement climatique

Les experts se tuent à le répéter depuis des années : le bouleversement climatique est avant tout un dérèglement, une fin de la “normalité” durant laquelle de nombreux événements extrêmes vont se produire. Si la température augmente “en moyenne” de 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle (ce qui est la limite absolue à ne pas dépasser selon l’accord de Paris afin de nous prémunir des boucles de rétroaction positives qui créeront un emballement inarrêtable du réchauffement), ce n’est qu’une moyenne. Certains jours ne seront pas plus chauds que la moyenne habituelle. Certains jours ou semaines sont déjà à +6°C ou +10°C par rapport aux normales de saison et nous ne savons pas quels pourraient être les pics de chaleur dans trente ans.

Le problème est présent partout autour du globe. Lorsque tous les regards des JT étaient fixés sur la Catalogne et l’Andalousie, hauts lieux du tourisme européens, le Maroc battait lui aussi des records de température : 41,3°C à Marrakech en avril (13° au-dessus des normales de saison). Mais ce n’est pas tout : en réalité, c’est toute la planète ou presque qui souffre d’événements climatiques extrêmes en cette fin du mois d’avril. Ainsi, l’Inde, la Chine, la Birmanie, la Thaïlande, le Vietnam, le Laos… ont tous connu des records de température pour cette période de l’année, avec des conséquences parfois mortelles. Par exemple, à Bangkok, si la température mesurée était de 42°, elle était en réalité ressentie à 54° en raison de la forte humidité. À de telles chaleurs, les êtres humains meurent, puisqu’ils ne peuvent plus suer pour maintenir leur température interne à 37°C et se refroidir. Les hôpitaux sont saturés et les habitants ne sortent plus de chez eux, tandis que la consommation d’électricité explose afin de rafraîchir ceux qui ont les moyens de se payer une climatisation.

Pendant ce temps, les températures en Californie font fondre les glaciers et les autorités craignent une nouvelle inondation, alors que celles causées durant l’hiver par des intempéries plus fortes que d’accoutumée, liées au dérèglement du cycle de l’eau et à l’augmentation de la température de surface des océans, sont encore dans toutes les têtes. Nous pourrions multiplier les exemples, mais ils ne serviraient que d’illustration à ce que répètent les scientifiques : le climat se dérègle et les événements extrêmes, de super-sécheresses suivies de précipitations très rapides ne sont une bonne nouvelle nulle part, car lorsque l’eau s’écoule très vite, elle n’a pas autant le temps d’infiltrer le sol que lorsqu’elle tombe à un rythme plus habituel.

Quelles solutions envisager

En tant qu’Européens, nous commençons à prendre la mesure du problème : les inondations succèdent aux feux de forêts, nos nappes phréatiques se vident et le débat s’invite dans le jeu politique (par exemple avec la question des méga-bassines). Jean-Luc Mélenchon et EELV avaient été alors visionnaires, puisque dans l’indifférence quasi-générale et la moquerie des éditorialistes, ils mettaient le sujet de la distribution de l’eau au cœur de leurs campagnes présidentielles. Qui oserait encore aujourd’hui se moquer du verre d’eau de Réné Dumont ?

Désormais, nous sommes face à un problème existentiel : ces événements climatiques extrêmes ne vont pas s’arrêter, mais gagner en intensité, tandis que les données seront de plus en plus chaotiques (entendre ici, de moins en moins prévisibles). Sans arrêter très rapidement les émissions de carbone (CH4 et CO2), il n’existe pas de solutions miracles pour espérer voir les températures se stabiliser dans les décennies à venir. Nous ne pouvons donc pas résoudre le problème, mais devons nous y adapter. Ainsi, selon l’ONU, 75% de l’Espagne est en voie de désertification, alors même que 80% de l’eau espagnole est déjà utilisée pour l’élevage et l’irrigation…

Alors que faire pour notre agriculture ? 

La première des solutions proposées relève du bon sens : il faut absolument utiliser des semences et cultures moins gourmandes en eau, comme l’a rappelé récemment Luis Planas, le Ministre de l’Agriculture espagnol. Sans les nommer, il cible ici trois types de culture : les fruits et légumes nécessitant beaucoup d’eau et tournés vers l’exportation (notamment vers la France), les oléagineux (soja, tournesol, lin…) et les céréales (maïs, blé…). Cela ne signifie pas tout arrêter, mais réduire les surfaces et s’attendre à une réduction des rendements, ce qui implique également de changer l’utilisation de certains de ces produits. En effet, le maïs et le soja, par exemple, sont très souvent utilisés pour nourrir le bétail et non les êtres humains.

La seconde solution dérive naturellement de la première : il faut transformer notre modèle agricole et nos habitudes de consommation, particulièrement en réduisant la part de l’élevage. Si nous consommons moins de viande et de produits d’origine animale, nous pourrons plus simplement réorienter nos cultures vers des productions destinées à la consommation humaine : en somme, nous devons devenir largement plus végétariens, voire végétaliens, afin de sauver ce qui peut être sauvé. Cela permettrait également de nous éloigner de la mono-culture pour expérimenter à plus large échelle la permaculture, qui nécessite beaucoup plus de travail pour des surfaces plus petites : cela transformerait notre économie et provoquerait un “exode urbain” en miroir de l’exode rural que nous avons connu avec l’arrivée des intrants chimiques et des machines agricoles.

Il nous faut également apprendre à voir l’eau comme une denrée rare et non comme une ressource illimitée et donc réduire nos usages. Economiser l’eau, cela signifie récupérer l’eau de pluie au-dessus des sols artificialisés et réduire les usages “de luxe”, comme les piscines ou l’arrosage des golfs, mais aussi tous nos systèmes domestiques (toilettes, douches au lieu de bains, machines à laver le linge et la vaisselle, etc…). Désartificialiser une partie de nos sols semblent également inévitable.

Il existe de nombreuses autres solutions techniques et adaptables au cas par cas, qui sont toutes ou presque fortement débattues dans leur pertinence par les militants et les experts. Par exemple, les méga-bassines, très critiquées par une majorité des hydrologues en tant que solution à grande échelle, peuvent ponctuellement avoir des résultats positifs, tout comme les barrages et autres retenues d’eau. Ces pratiques sont très critiquées au niveau de leur efficacité à l’échelle non-locale, mais également sur leur fondement même, qui constituent selon leurs détracteurs, une manière de privatiser le nouvel or bleu, sans régler aucun problème.  De même, les usines de dessalement, vrais puits de consommation énergétiques, pourraient, tout en continuant à dérégler le climat, servir d’appui en cas de sécheresse ponctuelle, notamment dans les villes. Un autre exemple est la géo-ingénierie, avec par exemple la formation de pluies artificielles, déjà utilisées par le passé, qui ont l’inconvénient d’être très chères et peu efficaces. Cela pourrait, dans certaines situations de crises particulièrement graves, être un pansement sur une jambe de bois. Cette technique consiste à injecter, à partir d’un avion, des particules d’iodure d’argent à l’intérieur des nuages, qui agglomèrent les gouttelettes d’eau et finissent par tomber sous forme de pluie.

Enfin, il est nécessaire de commencer à retraiter les eaux usées à plus large échelle, comme cela se fait déjà en Italie ou en Israël, à l’aide de grands réseaux de stations d’épuration, dans le cadre d’une “économie circulaire”, dans laquelle les déchets redeviennent des biens de consommation.

En somme, il n’existe pas de solution miracle, mais une batterie de solutions, qui pourraient, si bien conjuguées ensemble, nous permettre de maintenir une forme d’agriculture pérenne en Europe. Le premier pas serait déjà de prendre véritablement conscience du problème et des enjeux…

Un désastre à venir pour la biodiversité, quels que soient les programmes agricoles engagés


Nous avons beaucoup parlé d’agriculture, mais c’est en réalité toute la biodiversité qui est impactée. Ainsi, Jean-Marc Jancovici évoquait récemment pour RTL le cas de la sylviculture, en tenant peu ou prou le même constat : il faut s’adapter au réchauffement, que l’on constate, en changeant les espèces en présence. Finies, les forêts de nos grands-parents : “Adapter les forêts, c’est exactement pareil. Si on remplace les chênes normaux par des chênes-lièges ou des chênes verts qui résistent beaucoup mieux aux fortes chaleurs, on aura aussi des espèces moins productives, donc on va avoir moins de bois globalement, à supposer qu’on arrive à remplacer les forêts à temps. S’adapter au réchauffement climatique, ça veut dire pour partie avoir des pertes contre lesquelles on ne peut pas faire grand chose. Et d’autre part, ça veut dire qu’on va dépenser de l’argent simplement pour maintenir en l’état des choses pour lesquelles avant, on n’avait pas besoin de dépenser de l’argent.”

Et en effet, nous allons avoir des “pertes contre lesquelles on ne peut pas faire grand chose”, au-delà même de notre sécurité alimentaire. Il s’agit du désastre que ces vagues de chaleur ont pour la biodiversité. Ainsi, la LPO alerte régulièrement sur les effets pour la faune sauvage de tels pics de chaleur. Elle dénombrait, sur les réserves naturelles de Saint Denis du Payré et du Marais de la Vacherie, des effectifs d’oiseaux d’eau en migration 19 fois moins importants en août 2022 par rapport à la moyenne des cinq années antérieures, avec la présence de seulement 64 individus contre environ 1200 oiseaux en moyenne. Nous faisons face à la sixième extinction de masse de l’histoire de la planète Terre, que nous le souhaitions ou non.


Afin de survivre collectivement, il va nous falloir individuellement et collectivement repenser l’ensemble de nos habitudes et pratiques. Cet article présente des pistes de réflexion et différents procédés qui s’identifient à différents modèles politiques quant à la lutte contre le réchauffement climatique : techno-solutionnisme, décroissance, économie circulaire… À vous de vous faire votre idée, mais ces débats sont loin d’être derrière nous, ils ne font que commencer.

Pierre-Hugo Maubant
Pierre-Hugo Maubant
Journaliste à Veridik

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Les Philippines et le Japon esquissent un pacte de défense face aux ambitions de la Chine

Une nouvelle dynamique de sécurité en Asie-Pacifique : Tokyo et Manille négocient un pacte militaire.

Un canal Telegram néonazi répertorie des personnalités politiques, LGBT et musulmanes « à attaquer »

C'est sur son compte Twitter que le journaliste Ricardo Parreira a publié son enquête sur le canal "Affiche ton antifa" présentant des listes de personnes "à abattre"...

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.