Interview d’Emmanuel Macron : le résumé

Date:

Lors de l’interview accordée à TF1 ce lundi 15 mai, le président de la République, Emmanuel Macron, a répondu aux questions de Gilles Bouleau sur l’Ukraine, l’attractivité du pays, les salaires et le pouvoir d’achat des classes moyennes, l’inflation, les retraites et son image auprès des français·es. Nous vous proposons un résumé et la retranscription complète de l’interview.

Retranscription complète en cliquant ici

Ukraine : un rappel de la position de la France, des livraisons de matériels militaires mais toujours pas d’avions

Après la visite du président ukrainien, Volodymyr Zelenski, la veille, Emmanuel Macron a rappelé la position de la France :« Au fond la stratégie de la France est simple : aider l’Ukraine à résister, à organiser une contre-offensive au moment où elle le choisira pour pouvoir ramener tout le monde à la table des négociations et dans des conditions qu’elle aura choisies, bâtir une paix durable pour elle ».

La France va livrer de nouvelles munitions, de nouveaux missiles qui permettront, comme l’espère Emmanuel Macron, participer au succès de cette opération : « Maintenant se joue beaucoup, parce que le succès de cette contre-offensive sera déterminante pour la capacité à bâtir une paix durable ».

Le président français s’est engagé à former des aviateurs ukrainiens, sans pour autant livrer des avions, ce qui serait jugé comme un pas supplémentaire dans la guerre.

Attractivité du pays : 13 milliards d’investissements, 8 000 emplois créés et une stratégie de réindustrialisation assumée

En recevant les 200 patrons à Versailles pour réindustrialiser la France, Emmanuel Macron a défendu son bilan : « Pour la quatrième année consécutive, la France est le pays le plus attractif d’Europe ». « Ensuite, aujourd’hui, on annonce un nombre d’investissements étrangers records : 13 milliards d’euros investis, plus de 8 000 emplois sur le terrain. »

Il conteste l’impact des mobilisations sociales contre la réforme des retraites sur l’attractivité du pays : « On réindustrialise et on attire, donc non ça n’arrête pas parce que les investisseurs voient la force de ce qu’on a fait, la constance, c’est-à-dire même quand il y a des contestations, on change pas » […] « Il y des grèves mais je leur ai dit (aux 200 patrons) ‘regardez les chiffres dans le secteur privé, tous vos collègues ils ont quasiment pas eu de grèves’. La réalité elle est là. »

Il a également expliqué sa stratégie pour réindustrialiser la France, tache à laquelle il s’attèle « depuis 6 ans ». « Nous avons baissé les impôts pour attirer les investisseurs, pour inciter chez nous à investir. On a baissé le coût du capital qui est nécessaire. Il y a pas d’usines, il y a pas d’impôts créés s’il y a pas un capital productif. On a baissé le coût du travail. On a simplifié les règles du travail avec les ordonnances (travail)n il y a 5 ans. On a travaillé sur l’énergie avec un plan structuré. On développe le renouvelable. On développe le nucléaire. C’est une énergie décarbonée à bas coût et puis on a mené un train de réformes. »

Le chef de l’État a ensuite évoqué les résultats de cette réindustrialisation : « Ces dernières années, nous avons créé 1,5 millions d’emplois, plus que nos voisins ». « Nous avons créé des emplois industriels pour la première fois depuis 15 ans, plus de 90 000. Vous savez, il y a un graphique très simple qui montre les choses. La France, entre 2008 et 2017, elle perd 600 sites industriels. Depuis 2018, on en a déjà recréé 300. L’objectif est qu’on ait complètement, à la fin du quinquennat, effacé l’effet de la crise »

Salaire et pouvoir d’achat : la hausse des salaires laissée au dialogue social et une baisse des impôts de 2 milliards d’euros pour les classes moyennes

Face à l’attractivité du travail, le président ne répond pas en premier lieu par le salaire : « D’abord, le salaire minimum en France a monté ». « Et le SMIC a augmenté. La France est le pays d’Europe où le salaire minimum est plus élevé et a surtout la dynamique quand il y a de l’inflation la plus importante. Donc on a monté plus de 10% le salaire… »

Il répond plutôt par une meilleure formation des demandeurs d’emplois et un accompagnement renforcé pour aider au transport, à la garde des enfants… 

Selon lui, si « les gens ne viennent pas chercher un emploi même s’il est disponible », c’est qu’ils « Ils n’ont pas la qualification ». « C’est pour ça qu’on investit sur la formation des chômeurs et en partie des chômeurs de longue durée ».

Ensuite, Emmanuel Macron dit vouloir « trouver des solutions » pour aider les « chômeurs de longue durée comme des bénéficiaires du RSA ». « C’est vous aider à trouver un logement adapté. C’est vous aider sur le transport. C’est aussi vous aider pour garder les enfants. »

La contribution des entreprises du CAC 40 n’est pas une solution retenue par le président car selon lui… : « C’est pas l’Etat, le gouvernement, ni le président qui le décide… »

… mais il renvoie cette décision au dialogue social : « On a tout fait pour inciter les choses ». « Et d’ailleurs, vous vous en souvenez, c’était un de mes engagements de campagne, c’est passé dans la loi. La prime qui permet quand une entreprise fait des bénéfices, a une bonne année, de distribuer à ces salariés et de distribuer sans impôts ni charges. […] Moi j’encourage toutes les entreprises qui ont la possibilité de le faire d’avoir ce dialogue car nous ce qu’on veut créer, l’industrie, va dans ce sens, c’est créer des bons emplois, où les conditions de travail sont bonnes et où le salaire est bon pour qu’on vive bien de son travail, mais ça c’est du dialogue social », a-t-il martelé.

Un texte à venir prévoit d’augmenter le salaire au niveau du partage de la valeur « qui est le fruit de la négociation entre les partenaires sociaux et qui va permettre d’aller plus loin et plus fort en terme d’intéressement et de participation ».

Le président a annoncé une baisse de 2 milliards d’impôts pour les classes moyennes qu’il définit comme « les français et les françaises qui travaillent dur, quI veulent bien élever leurs enfants et qui aujourd’hui, parce que le coût de la vie a augmenté, parce que la dynamique des salaires n’est pas toujours là, on du mal à boucler la fin du mois ». « Et donc nous avons dans notre trajectoire budgétaire, on a prévu jusqu’en 2027 des dépenses, des recettes pour tenir notre déficit et commencer à rembourser notre dette. Il y a deux milliards de baisse d’impôts pour les ménages. »

Inflation : le bouclier tarifaire pourrait être prolongé et la grande distribution va revenir à la table des négociations

Avec une inflation en moyenne de 15% mais qui peut aller jusqu’à 40% sur certains produits, Emmanuel Macron prend en compte que la population doit se priver, réduire la taille de son caddie. Pour pallier à cela, il envisage de prolonger le bouclier tarifaire et ouvrir les négociations, « là où c’est nécessaire et donc d’abord mettre la pression sur des grands groupes de distribution quand on aperçoit qu’il joue un peu sur les marges. »

Même s’il trouve la grande distribution « plutôt responsable ». « Je ne suis pas là pour désigner un ennemi. On ne veut pas de marges exceptionnelles qui soient faites dans ces années difficiles pour nos compatriotes. Donc vous gagnez un peu plus, aidez-nous à baisser les prix. »

Le chef de l’Etat a toutefois souligné que « des grands groupes sur certains produits, ont vite répercuté la hausse », mais ont « moins vite répercuté la baisse », affirmant qu’il allait « les faire revenir autour de la table » des négociations.

Réforme des retraites : un regain d’attractivité et de richesses, quant à la méthode par 49.3, la responsabilité revient à LR

Emmanuel Macron justifie la réforme des retraites dans une démarche plus globale visant à faire de la France un pays plus attractif… 

Selon lui, « ce n’est pas vrai qu’on peut avancer et réussir si on ne fait pas à côté de ça des adaptations, des transformations, des efforts un peu collectifs ». « Ça ne fait plaisir à personne de travailler plus longtemps. C’est très impopulaire ? Oui. Je fais ce que j’ai dit »

Emmanuel Macron a réaffirmé que « le seul moyen c’est de travailler un peu plus longtemps et c’est logique ». « il n’y a pas de pays forts s’il ne crée pas sa propre richesse. On ne peut pas redistribuer de l’argent qu’on a pas produit nous-mêmes, sinon on va l’emprunter chez le banquier. Si on veut investir dans notre école, dans notre système de santé, dans notre réindustrialisation, dans notre Défense, il faut produire de la richesse dans le pays »

Concernant la méthode employée pour faire passer cette réforme, le président se justifie en renvoyant la responsabilité aux élus·es LR qui n’ont pas tenu leur engagement de campagne présidentielle : « Comme elle est impopulaire, tout le monde s’est débiné (x2), y compris au parlement, des gens avaient fait campagne aux élections présidentielles, bravaches derrière les 65 ans ». « Ils avaient tous fait campagne pour ça. Ils ont tous dit le contraire quand ils étaient au parlement. Personne n’a voulu prendre ses responsabilités. »

Un président non pas « méprisant » mais « dure »

Emmanuel Macron rejette l’adjectif « méprisant », « qu’on eut les extrêmes à (s)on endroit » préférant être considéré comme « décidé », « énergique ».

Il reconnaît que cette réforme lui porte préjudice et que cette manière de faire peut être jugée comme « dure ». « Vous pensez que c’est bon pour ma pomme de faire ce qu’on fait sur les retraites, de porter des textes difficiles, de subir et d’accepter l’impopularité qui va avec ? J’ai toujours dit aux françaises et aux français la vérité, ce que je croyais et avec sincérité porté ces engagements. Je suis toujours allé au contact, en discutant longuement. Et donc, je suis parfois dure au mal, oui. »

Selon lui, l’étiquette de président « méprisant », proviendrait « des réseaux sociaux », des « oppositions » qui « forgent vite des images » « Les méprisants se sont les gens qui veulent pas parler avec les autres. C’est des gens qui leur mentent. Et cela, sont en train de paver le chemin des extrêmes parce que sur le mensonge, les extrêmes sont bien meilleurs que les partis de gouvernement… »

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Le taux de chômage en France augmente à 7,4% au 3e trimestre 2023

Selon les dernières données de l'Insee publiées le 15 novembre, le taux de chômage en France a connu une nouvelle augmentation au cours du troisième trimestre de cette année. Il est désormais établi à 7,4 %.

Éric Ciotti fait l’impasse sur les rencontres de Saint-Denis, Bardella s’y rendra

Cette décision a suscité des réactions, notamment parce que les socialistes et les Insoumis ont également décliné l'invitation.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.