Des voix s’élèvent contre une intervention militaire au Niger 

Date:

En Algerie, le président Tebboune s’oppose à la guerre et au Nigeria, le Sénat demande au président, Bola Tinubu, à la tête la Cédéao, de reconsidérer son éventuelle intervention militaire contre les putschistes.

Dimanche dernier, la Cédéao s’est réuni à l’initiative du président du Nigéria Bola Tinubu pour statuer sur le coup d’Etat qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum. Cela intervenait alors que les Nations unies et les Etats-unis exercent un important lobbying par l’intermédiaire de plusieurs institutions internationales et fondations afin que la Cédéao rende plus coercitif le protocole additionnel de l’organisation sous-régionale sur la démocratie et la bonne gouvernance qui est en discussion depuis de longs mois. Le 27 juillet, les organisations de la société civile, les mouvements politiques et les citoyens d’Afrique de l’Ouest ont d’ailleurs organisé une conférence de presse pour souligner l’importance de la réforme de ce protocole, ainsi que l’harmonisation de la limitation des mandats présidentiels à deux au sein de la région

Vendredi, la pression s’est accentuée sur le Niger, quand les chefs d’état-major des pays membres de la Cedeao ont défini les contours d’une éventuelle intervention militaire. Selon RFI, cette force d’intervention disposerait d’un « mandat robuste », incluant l’usage de la force avec des actions offensives autorisées.

Les détails de ce plan d’action n’ont pas été divulgués, mais c’est le Nigeria, qui sera sans doute le principal contributeur cette intervention comprenant des forces terrestres, aériennes et maritime. Bola Tinubu, pousse en faveur d’une intervention et son leadership à d’ailleurs été salué par le porte parole américain Anthony Blinken.

Par ailleurs, c’est l’ancien président nigérian Abdulsalami Abubakar qui a pris la tête de la délégation de la Cedeao qui s’est rendu à Niamey et qui a été éconduite par le putschiste Abdourahamane Tchiani.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’oppose fermement à l’intervention militaire au Niger. 

Lors d’une interview télévisée avec la presse algérienne diffusée le samedi 5 août au soir, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré que cette intervention représente « une menace directe pour l’Algérie » et a catégoriquement rejeté toute possibilité d’intervention militaire.

Tebboune a souligné l’importance de la position de l’Algérie dans cette situation en déclarant qu’il n’y aura aucune solution sans leur participation, car ils sont les premiers concernés. L’Algérie partage près d’un millier de kilomètres de frontière avec le Niger, ce qui rend la situation encore plus sensible pour le pays.

Pour étayer ses arguments, le chef d’État algérien a mis en évidence les conséquences négatives des interventions militaires dans d’autres pays, en citant l’exemple de la Libye et de la Syrie. Ces pays ont connu des conflits prolongés et des situations instables après des interventions militaires, ce qui a eu des répercussions désastreuses sur leur stabilité et leur développement.

Le président Tebboune a également rappelé que deux pays voisins du Niger, le Mali et le Burkina Faso, sont prêts à se joindre à la bataille aux côtés du Niger. Il a mis en garde contre les conséquences potentielles d’une telle intervention, en affirmant que cela pourrait entraîner une escalade de la violence dans tout le Sahel, exacerbant ainsi l’instabilité déjà présente dans la région.

Par ailleurs, l’Algérie aurait décidé de fermer son espace aérien aux avions militaires français.

La ministre des affaires étrangères française Catherine Colonna a déclaré samedi matin sur France Info, que « les putschistes nigériens feraient bien de prendre la menace d’intervention militaire par une force régionale très au sérieux ».

Au Nigéria, des voix s’opposent à cette intervention militaire 

Bola Tinubu a écrit une lettre au Sénat de son pays, demandant à ses membres de soutenir une intervention militaire régionale. Le quotidien nigérian The Cable a rapporté vendredi qu’il avait demandé « un renforcement militaire et le déploiement de personnel pour une intervention militaire afin de faire respecter la junte militaire au Niger si elle reste récalcitrante« .

Vendredi soir, le caucus des sénateurs du nord du Nigeria a souligné qu’ « un recours à la force militaire sans avoir épuisé toutes les voies diplomatiques », aurait de « graves implication » pour le pays. Son porte-parole Suleiman Kawu Sumaila, a déclaré que les victimes d’une telle intervention seraient des « citoyens innocents vaquant à leurs occupations quotidiennes ». « En outre, environ sept États du nord qui partagent la frontière avec la République du Niger, à savoir Sokoto, Kebbi, Katsina, Zamfara, Jigawa, Yobe et Borno, seront négativement affectés. »

Le Nigéria et le Niger partagent une frontière de 1 600 kilomètres et les interactions sont nombreuses entre les deux pays. Les sénateurs du Forum du nord ont exprimé leur inquiétude quant à la déstabilisation du Niger qui est déjà extrêmement pauvre et confronté à des groupes armés, ce qui affairait « négativement » le Nigéria et ouvrirait un nouveau couloir d’insécurité avec les pays voisins du Niger, tels que le Mali, le Burkina Faso et la Libye.

La plus importante coalition des partis d’opposition du Nigeria, la Coalition of United Political Parties, partage également ces inquiétudes et considère qu’une intervention serait « non seulement inutile » mais aussi « irresponsable ». Ils estiment que le Nigeria ne peut pas se permettre de gaspiller ses ressources déjà limitées et de mettre en danger la vie de ses soldats dans une guerre qu’ils jugent inutile. La coalition met en garde contre les conséquences d’un nouveau front de guerre qui pourrait plonger davantage l’économie fragile du Nigeria dans une crise profonde.

D’autant plus que, le Nigeria est confronté à une grave crise économique aggravée par la suppression des subventions sur le carburant décidée par le président Tinubu en vue de relancer les investissements à long terme. Cette décision a entraîné une augmentation drastique du prix de l’essence et a davantage appauvri une population déjà affectée, dont près de la moitié vit dans l’extrême pauvreté.

Le président Tinubu qui est pourtant à la tête de l’APC, le parti majoritaire de la chambre avait besoin de l’approbation du Sénat afin de déployer l’armée, comme le prévoit la Constitution, mais sa demande a été rejetée, ce qui constitue un sérieux désaveu. Samedi après midi, le Sénat s’est réunit et la majorité des sénateurs ont exprimé leur opposition à une intervention militaire, s’alignant sur le point du vu du Forum des sénateurs du Nord. Le président Tinubu a été appelé à « encourager les autres dirigeants de la Cedeao à renforcer l’option politique et diplomatique » par le président du Sénat, Godswill Akpabio.

Toutefois, dans le cas où le président considère qu’il y a un « risque imminent ou danger » pour la sécurité nationale, il peut agir sans l’accord de la chambre haute. Dans cette situation, le président dispose de sept jours après le début des combats pour demander la rétroaction et l’autorisation du Sénat concernant son action militaire.

Selon Al Jazeera, Tinubu, qui « n’a pas encore nommé les ministres de la défense et des affaires étrangère , malgré l’envoi d’une liste de 48 candidats ministériels au parlement, est impatient d’asseoir son autorité dans une région ridiculisée comme la ‘ceinture du coup d’État' » et le Nigéria « est prêt à diriger toute force d’intervention au Niger ».

La possibilité d’une intervention militaire suscite également de vives discussions sur les réseaux sociaux nigérians. Certains s’inquiètent notamment du sort des 200 000 réfugiés nigérians installés au Niger, ayant fui les violences jihadistes au Nigeria, tandis que d’autres craignent un afflux de réfugiés nigériens vers le nord du Nigeria, région déjà plongée dans une grave crise humanitaire. 

Gregory Fiori
Gregory Fiori
Ex-rédacteur en chef

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

La Cédéao temporise après avoir tapé du poing sur la table

La Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest avait prévu de se réunir de nouveau samedi à Accra, deux jours après le sommet qui s’était déroulé jeudi à Abuja au cours duquel les dirigeants ouest-africains avaient autorisé une possible intervention militaire pour rétablir l'ordre constitutionnel au Niger.

Les dirigeants de la Cedeao se réuniront de nouveau jeudi à Abuja

L'ultimatum fixé aux putschistes par la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest est arrivé à échéance sans que cela ne déclenche d'opération militaire. Les dirigeants de la Cédéao vont à nouveau se réunir jeudi pour évoquer la situation au Niger.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.