États-unis : Le rêve déchu de Martin Luther King

Date:

Des milliers de personnes ont marché samedi à Washington, jusqu’au Lincoln Memorial, pour commémorer le 60e anniversaire du discours « I Have A Dream » de Martin Luther King. Cette marche a permis de réfléchir aux avancées et aux régressions en matière de droits civiques depuis 1963 et de souligner que des inégalités demeurent aux États-Unis. Alors que cette année 2023 marque également les dix ans du mouvement Black Lives Matter, on ne peut pas dire que le rêve de Martin Luther King soit exaucé, d’autant qu’à éclaté un drame à

« Le 28 août 1963, 250 000 manifestants convergeaient sur le Mall pour dénoncer la ségrégation et écouter Martin Luther King prononcer son discours demeuré le plus célèbre », rappelle l’écrivain Florian Louis sur X citant un article du Washington Post qui donnait la parole à des témoins de l’évènement.

« La marche pour le 60e anniversaire de Washington aura lieu, dans un contexte de montée du nationalisme blanc, après que le meurtre de George Floyd ait relancé les protestations et les conversations sur le racisme et les inégalités, et alors que les États-Unis débattent âprement de l’enseignement du passé des nations », affirmaient nos confrères américains avant de donner la parole à celles et ceux qui étaient présents, comme Patricia Tyson, qui était alors âgée de 15 ans et qui en a désormais 75. Selon elle, « La seule façon de briser le cycle est de comprendre votre histoire et d’en parler « , lance-t-elle aux afroaméricains.

France24 a eu la même idée, en produisant un documentaire en deux parties, dont le premier volet sera diffusé lundi à partir de 7h45. Nos confrères ont par exemple rencontré Xenon Clayton, une amie de la famille King et la fille cadette du pasteur, Bernice King qui entretien sa mémoire.

Ce sont d’ailleurs des membres de la famille de King, dont Bérénice qui sont à l’occasion de la marche qui a été organisée samedi.

Martin Luther King et son discours lors de la marche sur Washington pour l’emploi et la liberté

Né à Atlanta, Martin Luther King était un pasteur baptiste. En tant que porte-parole du Southern Christian Leadership Conference (SCLC), Martin Luther King se distinguait parmi les six principales organisations se battant pour les droits civiques, et qui était à l’origine de la marche sur Washington, par une approche profondément non violente du mouvement des droits civiques. C’était un fervent militant pour la paix et contre la pauvreté. Il a notamment fait partie de ceux qui ont répondu positivement à la demande du président John F. Kennedy, qui était intervenu dans la passé pour demander sa libération de prison, d’atténuer le ton de la marche. JFK avait d’abord exprimé son désaccord concernant son organisation, craignant qu’elle ne compromette la loi sur les droits civiques. À l’origine, cette marche sur Washington avait pour dessein d’exposer la précarité des Afro-Américains du Sud et l’inefficacité du gouvernement à garantir leurs droits. Parmi les revendications, on retrouvait une formation professionnelle pour « vaincre le chômage et l’automatisation », une augmentation du salaire minimum fédéral et une législation solide sur les droits civiques qui comprenait la déségrégation publique, la protection du droit de vote des Noirs et « un logement décent ».

Sous l’influence présidentielle, le groupe des six a fini par adapter son message, le rendant moins tranchant. Certains activistes comme Malcolm X, qui prônait une approche plus violente estimaient alors que la marche donnait une image diluée de la réalité. Celui-ci l’avait qualifié de « Farce sur Washington », allant même jusqu’à suspendre les membres de la Nation of Islam, dont il était le leader, ayant participé.

Le débat continue dans le Washington Post, où, certains, comme le conservateur au Musée national de l’histoire et de la culture afro-américaines Aaron Bryant, considèrent que « la marche sur Washington n’était pas seulement une fête ». « C’était vraiment une marche de protestation. »

D’autres, au contraire considèrent encore qu’elle n’était pas assez radicale. Clarence Jones, l’avocat de Martin Luther King qui écrivait également une partie de ses discours, explique par exemple comment le discours de John Lewis, futur membre du Congrès et membre du Student Nonviolent Coordinating Committee, qui prévoyait notamment de dénoncer le projet de loi de Kennedy sur les droits civiques pour ses protections insuffisantes contre la brutalité policière, a été censuré.

Selon nos confrères américains, « La marche a mis en danger la viabilité du mouvement des droits civiques à un moment crucial, lorsque les Afro-Américains ont été confrontés à des réactions violentes et meurtrières de la part de la police et des suprémacistes blancs pour avoir recherché des protections électorales et un traitement équitable dans leur propre pays ».

La marche sur Washington, tout comme Martin Luther King et la cause des droits civiques, ne jouissait pas d’une grande popularité aux Etats-unis. Selon un sondage du New York Times publié en 1964, une majorité de New-Yorkais considérait King comme un « extrémiste » et trouvait les demandes des droits civiques « excessives ». Le pasteur a d’ailleurs été assassiné le 4 avril 1968 à Memphis dans le Tennessee.

La marche sur Washington a toutefois eu comme point d’orgue le discours de Martin Luther King « I have a dream », reflétant son aspiration pour une Amérique unie, souvent considéré comme aussi important que le discours prononcé à Gettysburg par Abraham Lincoln, qui décrivait la guerre civile américaine comme une guerre pour la liberté, l’égalité et contre l’esclavage.  

La date de la marche n’avait pas été choisie au hasard. Elle faisait référence à Emmett Till, un adolescent de 14 ans torturé à mort par deux jeunes blancs le 28 août 1955 à Money dans le Mississippi.

Le rêve de Martin Luther King a-t-il été exaucé ?

60 ans après la marche sur Washington et dix ans après la création du mouvement de Black Lives Matters, qui faisait suite au meurtre de George Floyd, le 25 mai 2020, les violences policières à l’égard de la population afroaméricaine sont toujours légions comme en témoigne l’interpellation qui a couté la vie de Tyre Nichols près de Memphis, Tennessee, le 7 janvier dernier, ou le meurtre d’Anthony Lowe, un père de famille de 36 ans, qui avait déjà été amputé des deux jambes après une bavure policière.

Mais cela ne concerne malheureusement pas uniquement la police comme en atteste le meurtre de Ralph Yarl qui s’est pris une balle dans la tête pour avoir sonné à la mauvaise porte, celle d’Andrew Daniel Lester, un voisin de 84 ans.

Samedi, la petite fille de Martin Luther King a indiqué que les inégalités étaient toujours présentes. Elles sont toujours très présentes dans l’accès à l’emploi, aux logements, au sein de la justice, de l’éducation, alors que la Cour suprême vient de supprimer la discrimination positive dans les universités, l’un des principaux acquis de la lutte pour les droits civiques.

En 2013, le Voting Rights Act, l’une des plus importantes lois du Congrès des États-unis, interdisant les discriminations raciales dans l’exercice du droit de vote, a été amputé d’un article qui imposait jusque-là un strict contrôle fédéral sur toute tentative de modification des règles locales d’accès au vote. Les circonscriptions républicaines en ont alors profité pour établir des mesures qui rendent le vote moins accessible. C’est le cas par exemple de la Géorgie, qui est allée jusqu’à interdire de distribuer de l’eau aux personnes qui font la queue des heures pour se rendre aux urnes.

Alors que les afro-américains représentent un peu moins de 13% de la population totale, ils constituent 40% de la population carcérale et 50% des erreurs judiciaires.

À la chambre des représentants le nombre d’élus afroaméricains est proportionnelle à la part de cette minorité dans la population totale, mais aux sénats, il ne représente que 3%.

Ainsi, on ne peut pas dire que le rêve de Martin Luther King soit exaucé et certains acquis ont même régressés, preuve que comme en matière d’avortement, rien n’est acquis, aux Etats-unis, comme ailleurs…

Un tableau qui s’est encore assombri samedi soir, quand un homme a ouvert le feu dans un magasin de Jacksonville. Le tireur, blanc, qui s’est ensuite suicidé, était motivé par la « haine » raciale, d’après le shérif local.

Gregory Fiori
Gregory Fiori
Ex-rédacteur en chef

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Californie : la police assassine un homme noir amputé des deux jambes « après une précédente attaque par des flics au Texas »

Jeudi dernier à Huntington Park, en Californie, la police a abattu Anthony Lowe, un père de famille de 36 ans amputé des deux jambes. Celui-ci avait « perdu ses jambes après une précédente attaque par des flics au Texas » selon Rafael Shimunov, un membre d’un collectif de la gauche juive de New York qui milite pour la justice raciale et économique. Un meurtre qui relance le débat du racisme anti-noir de la Police après la publication de la vidéo de Tyre Nichols mort à l’hôpital après avoir été tabassé par des policiers le 7 janvier dernier. 

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.