Décès de Jacques Julliard : Témoin ou acteur du glissement idéologique de la gauche ?

Date:

Le journaliste et historien Jacques Julliard est décédé à l’âge de 90 ans, selon Le Point. Celui qui se définissait comme un « socialiste religieux » était une figure de la « deuxième gauche ». Ancien directeur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales EHESS, il a prêté sa plume à des publications telles que la revue Esprit, Le Nouvel Observateur, Marianne et enfin Le Figaro. Un parcours journalistique qui illustre bien le glissement idéologique de nombreux soixant-huitards.

Jacques Julliard est né le 4 mars 1933 à Brénod, une commune du Haut Bugey, dans une famille politiquement engagée. Son grand-père paternel, Marius, et son père, Marcien, ont tous deux été maires et conseillers généraux radicaux. Son père avait des convictions anticléricales et admirait Edouard Hérriot, mais Jacques Julliard a suivi des cours de catéchisme en raison de l’influence de sa mère catholique pratiquante et se décrivait comme un « catho-proudhonien ». Il a fait ses études secondaires au collège de Nantua.

Après avoir obtenu son baccalauréat, Jacques Julliard entre en 1950 en classe préparatoire littéraire au lycée du Parc à Lyon. Pendant cette période, il est influencé par deux professeurs proches d’Emmanuel Mounier, philosophe catholique français membre fondateur de la revue Esprit. Il s’agissait de Jean Lacroix, un collaborateur de cette revue qui s’intéressait à la pensée de Proudhon, et Lucien Fraisse, l’aumônier de la khâgne, qui enseignait un mélange de christologie et de réflexion sur l’insertion politique de la religion.

Il entre ensuite à l’Ecole normale supérieur, devient agréé d’Histoire et intègre les instances de la revue Esprit. 

Dans sa jeunesse, Juliard a été influencé par Pierre Mendès France et Charles de Gaulle, rejetant la Quatrième République et prônant un régime présidentiel. Il adopte une position politiquement neutre, adopte des positions anticolonialistes et prend conscience de la question de l’impérialisme et du totalitarisme soviétique, n’est ni pacifiste ni antiaméricain.

Mais sa pensée se socialise au sein du syndicat étudiant l’UNEF sa participation au groupe Reconstruction de la CFTC et sa collaboration au sein de la rédaction de la Revue Esprit.

Sa carrière d’Historien

Après son service national en Algérie, où il a exercé en tant qu’officier d’action psychologique auprès des civils, Jacques Julliard est devenu professeur au Lycée de Chartres. Par la suite, il a rejoint le CNRS, enseignant à l’Institut d’études politiques de Bordeaux, puis à celui de Paris, et enfin à la Sorbonne. En 1966, il a été nommé directeur de la collection « Politique » aux Éditions du Seuil, tout en maintenant une collaboration active avec la revue Esprit, notamment par le biais de chroniques sur la politique intérieure.

En 1968, il a fondé le département d’Histoire à l’Université de Vincennes et a enseigné au Centre de Formation des Journalistes (CFJ). Une décennie plus tard, il a été élu directeur d’études à l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales).

De la lutte contre le négationnisme à la liberté de l’Historien

En février 1979, Jacques Julliard fait partie des 34 signataires de la déclaration rédigée par Léon Poliakov et Pierre Vidal-Naquet visant à dénoncer la rhétorique négationniste de Robert Faurisson. 

Plus tard, il s’opposera toutefois à la proposition de loi concernant la reconnaissance du génocide arménien et prendra la défense de l’historien controversé Bernard Lewis, l’inventeur de l’expression « choc des civilsations »

Julliard fut également l’un des instigateurs de la pétition « Liberté pour l’histoire », une initiative qui soulevait des questions intéressantes, qui avait pour objectif de défendre la liberté de recherche historique contre les tentatives de censure et de limitation de l’interprétation historique. Les signataires de la pétition ont vivement critiqué les dérives résultant des lois mémorielles, qui avaient entraîné des poursuites judiciaires contre des historiens et des penseurs. Ils ont affirmé que, « Dans un État libre, il n’appartient ni au Parlement ni à l’autorité judiciaire de définir la vérité historique ». Les signataires estimaient que certaines dispositions de la loi Gayssot promulguée en 1990, la loi du 29 janvier 2001 reconnaissant le génocide arménien, la loi Taubira du 21 mai 2001, ainsi que la loi du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés, avaient restreint la liberté des historiens en leur imposant des directives et des limites sous peine de sanctions. Le collectif appelait à l’abrogation de ces articles jugés contraires aux principes d’un régime démocratique.

En réaction à cette pétition, trente-et-une personnalités, dont Serge Klarsfeld, Claude Lanzmann et Yves Ternon, ont signé une lettre ouverte intitulée « Ne mélangeons pas tout ».

Sa carrière de journaliste

Jacques Julliard a contribué au Nouvel Observateur en lançant des débats sur divers sujets, tels que la nouvelle philosophie, le tiers-monde et la gauche, la révolution iranienne, le boycott des Jeux olympiques de Moscou, critiquant « L’Idéologie Française » de Bernard-Henri Lévy. Il s’est également efforcé de faire connaître des intellectuels tels qu’Hannah Arendt, Georges Sorel, Proudhon, Charles Péguy et Antonio Gramsci.

Il deviendra producteur de l’émission Le grand débat sur France Culture, quittera la rédaction du Nouvel Observateur pour rejoindre Marianne et « se remettre en cause« , finissant même au Figaro

Une figure de la nouvelle gauche qui a subi de nombreuses critiques

Proche de Michel Rocard, Robert Chapuis et Patrick Viveret, il été associé à la « nouvelle gauche », un mouvement politique et social qui s’est développé dans les années 60 et 70, remettant en question les approches traditionnelles de gauche axées sur le travail et les luttes ouvrières. Cependant, au fil du temps, son orientation politique a évolué, passant d’une version de gauche du néolibéralisme économique à une position de gauche « républicaine » modérée.

Ces dernières années, Jacques Julliard a exprimé des préoccupations concernant un changement idéologique au sein de la gauche, qui aurait placé l’individu au-dessus de la nation et aurait favorisé le caprice communautaire au détriment de la raison républicaine.

Jacques Julliard a également soutenu le plan Juppé de 1995 concernant les retraites et la Sécurité sociale et a publié en mars 2023, un édito favorable à Alain de Benoist, un théoricien de l’extrême droite, le présentant comme « un des grands intellectuels les plus méconnus de notre temps ». Le journaliste de Libération Simon Blin éstimait que cette chronique  en disait beaucoup sur le « long revirement qui s’opère depuis des années sur la scène des idées ». 

En 2016, Jacques Julliard avait déjà été répertorié parmi les « réactionnaires » ciblés par Daniel Lindenberg lors de la réédition de son livre « Le Rappel à l’ordre ».

Dans « La Grande Confusion : comment l’extrême droite gagne la bataille des idées » en 2020, le sociologue Philippe Corcuff avait également noté l’évolution idéologique de Jacques Julliard, le qualifiant de passage d’une version de gauche du néolibéralisme économique à une gauche « républicaine » plus modérée. Corcuff a accusé Julliard de valoriser des idées telles que la nation indivisible, l’identité nationale, l’héritage, la filiation et le peuple en tant que peuple-nation compact, tout en critiquant des idées opposées telles que le sans-frontiérisme, l’immigration, la communautarisation, la diversité et le métissage.

Face aux critiques, Jacques Julliard notait que d’autres intellectuels issus de la gauche, tels que Marcel Gauchet, Alain Finkielkraut, Pascal Bruckner, Michel Onfray, avaient subi le même sort.

« Tous mes combats ont été des combats antiracistes, depuis la guerre d’Algérie, où j’ai pris parti pour les musulmans et pour l’indépendance. J’ai également mené ce combat dans le cas de la Bosnie et du Soudan. C’est très difficile dans le climat actuel de résister а la surenchère décolonialiste et racialiste. Je ne me vois pas leur dire que, moi aussi, j’ai été anticolonialiste et antiraciste et probablement plus qu’eux ! », se défendait-il dans les colonnes du Point

Jacques Julliard laisse derrière lui un héritage complexe qui illustre bien le glissement idéologique de certains soixante-huitards.

Sa mort a d’ailleurs été salué par Éric Zemmour qui évoque « un homme de gauche qui n’était pas sectaire ».

Sa mort a d’ailleurs suscité plus de réactions à droite qu’à gauche.

Gregory Fiori
Gregory Fiori
Ex-rédacteur en chef

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Le Futur incertain des jeunes journalistes de la presse française

L'avenir du journalisme suscite un vif débat, cristallisé par la conférence donnée par le sociologue des médias Jean-Marie Charon à Bordeaux. Son essai récent, "Jeunes journalistes - L’heure du doute", apporte un éclairage sombre mais nécessaire sur la profession, mettant en lumière les difficultés auxquelles les jeunes journalistes sont confrontés et les raisons derrière un taux alarmant de reconversion professionnelle.

Lyon : Martin Gadiolet, les bobines du reste de sa vie

Martin Gadiolet, réalisateur passionné, a eu la chance de découvrir des archives vidéos familiales datant des années 1930. Inspiré par cette trouvaille, il a entrepris de numériser tout le passé de sa famille pour créer un film. En partageant son travail sur Instagram, il a touché une petite communauté et suscité l'envie chez de jeunes cinéphiles de réaliser leurs propres projets.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.