Jean-Marc Governatori propose le « bannissement » pour les multirécidivistes et certains délinquants

Date:

Le leader du parti l’Écologie au centre et élu d’opposition au conseil municipal de Nice, a proposé comme alternative à la prison le bannissement. Il nous explique plus en détail sa proposition. 

Véridik. Monsieur Governatori, vous proposez le « bannissement » comme une nouvelle forme de sanction pour certains criminels. Pouvez-vous expliquer cette idée ?

« Ça fait cinquante ans que les politiques conventionnels font des promesses et que les mesures conventionnelles ne fonctionnent pas. Et je pense que ce serait un élément de dissuasion qui fonctionnerait sur une partie des multirécidivistes et une partie des criminels.

Et ça signifie quoi alors ? Le bannissement, c’est rétablir les bagnes ? 

Pas du tout. Non, ç’a ce sont les journalistes qui ont fait une digression à leur façon. Dans les bagnes, il y a des châtiments corporels et j’y suis tout à fait opposé.

Ce que je propose c’est qu’au lieu de faire de la prison à Paris, on va faire de la prison à dix mille kilomètres, ce qui est une punition pour les multirécidivistes ou pour le criminel de Cherbourg qui a violé avec torture une jeune femme. Un cas d’école qui mérite une punition puissance dix.

Nous pensons que le fait d’éloigner très loin des criminels et des multirécidivistes, c’est dissuasif. 

Ça rappelle quand même Cayenne…

Ça peut rappeler ce qu’on veut, nous ce qu’on dit clairement, c’est qu’il faut faire des prisons à 10 000 km de la France sur des îles habitées ou inhabitées parce que ça va refroidir les ardeurs des criminels et des délinquants.

On ne va pas passer à zéro crime et délit, mais je suis certain que ç’a aura une forme d’efficacité. 

Et du coup, j’ai cru comprendre que c’était pour des cas précis ? 

Alors là, bien sûr, ce serait au juge de décider. Celui qui a violé avec torture la femme de Cherbourg, pour moi c’est un type à bannir, celui qui a fait dix vols avec violence à domicile c’est à bannir aussi…  Voilà, c’est pour des cas particuliers.

Je crois savoir que vous parliez de harcèlement scolaire aussi ?

Je pense que quand un jeune de quinze ans, on l’a pris une fois, deux fois, qu’il continue, allé faire un séjour pendant un mois à 10 000 kilomètres de la France, coupé de tout, je pense que ça lui ferait un choc émotionnel suffisant pour lui faire prendre conscience que c’est mal ce qu’il fait.

Parce que dans la vie, on change souvent ou parfois, par des épreuves émotionnelles. Et le bannissement, c’est fort comme symbole, puisque l’on est mis hors de la tribu, expulsé quelque part. Nous pensons que cela aurait un impact fort. 

Dans le cadre du harcèlement scolaire, déjà, ce sont des mineurs. On ne va pas bannir des mineurs quand même ?

Et bien c’est le juge, qui va le décider. Mais si vous avez un mineur de quinze ans qui emmerdre tout le monde… On lui dit une fois, on lui dit dix fois, il continue. Et ça ne vous aura pas échappé que ça conduit à des suicides. Mais on ne parle pas non plus, d’une autre conséquence du harcèlement, qui est la dépression. Donc il y a des tas d’enfants qui sont en déprime parce qu’il y a quelques petits connards qui continuent. Donc à un moment, il faut une sanction. Si on donne une sanction conventionnelle et qui ne se passe rien…

Je le répète, cela serait au juge de décider, au cas par cas. Mais je suis persuadé que ce serait une punition très efficace. Il se trouve que je connais très bien les policiers et par exemple, la privation de téléphones portables et de tout accès à Internet est très pénible pour un jeune. Ça c’est une échelle de la graduation, de la peine.

Il y a Virginie Atlan qui travaille à la Maison de la Métropole Nice Côte d’Azur… Elle avait lancé un concours de dessin sur le harcèlement scolaire, vous en avez entendu parler ? 

Ça me dit quelque chose… Et alors ? 

Nous parlions de harcèlement scolaire…

Pour le harcèlement scolaire, il y a le programme pHare qui est la première étape pour expliquer aux jeunes de façon positive « est-ce que tu peux aider la personne que tu harcèles ». Après il y a des cas pathologiques. On peut être très méchant à 15 ans. Et le très méchant à quinze ans, ce sera un criminel cinq ans après. Donc il faut vite lui couper ses envies. 

Il est évident qu’il faut condamner les viols, que ce qui s’est passé à Cherbourg c’est innommable, mais est-ce qu’on ne perdrait pas quelquepart la nature de notre régime démocratique en ayant recours à des punitions dignes d’un régime totalitaire ? 

D’une part, il n’y aurait évidemment pas de châtiments corporels, c’est simplement avoir le symbole d’être banni parce qu’on a une faute particulièrement grave ou particulièrement répétée. C’est totalement démocratique. Je suis persuadé que si nous faisons un référendum auprès des Français, il y aurait les trois quarts qui seraient d’accord.

Je vous sens sur des prises de position conservatrices en ce moment… Sur l’Abaya vous en pensez quoi ?

Je pense que c’est un sujet qui se discute, mais au final, c’est mieux qu’il y ait des règles. Je pense que la réponse n’est pas évidente, mais au final, c’est bien qu’il y ait des règles. 

C’est-à-dire ? 

En l’occurrence, c’est la règle de la laïcité. Donc la réponse n’est pas évidente. D’autant que ça concerne très peu de personnes, très peu d’élèves qui veulent mettre l’abaya. Mais c’est bien de fixer des règles. Et ce n’est pas parce qu’une position est conservatrice qu’elle est mauvaise et ce n’est pas parce qu’une position est progressiste, qu’elle est mauvaise. Il faut trier et faire du cas par cas. 

Il y a l‘expérience de l’accord tripartite qu’il y avait eu à Nice au niveau de l’office HLM pour l’expulsion des délinquants qui a été cité en exemple par Darmanin et dont on a parlé dans les médias récemment. Vous en pensez quoi vous? 

Encore une fois, il faut vraiment faire du cas par cas, parce que punir les parents, parce que les enfants sont délinquants, c’est compliqué. Parce que quand on a des enfants, on sait très bien qu’il n’y a pas que nous qui les éduquons. Les enfants sont éduqués par les parents, par la société, par la télévision, par les copains, donc dans certains cas, cela se discute. Mais c’est vraiment du cas par cas et il ne faut surtout pas que cela soit systématique. 

Donc vous êtes pour ou contre cet accord tripartite ? 

On ne peut pas être pour ou contre, tout le temps. Ça dépend des cas. Comment ça s’est passé entre le jeune et avec les parents ? Quelle est l’attitude des parents. On ne peut pas prendre des décisions automatiques sur des décisions aussi graves ? D’autant que ce n’est que déplacer le problème. Quand vous expulsez le locataire en question, il faut le déplacer ailleurs. La solution, c’est vraiment de taper sur la personne qui commet le crime ou le délit.

Donc vous n’êtes pas forcément pour. 

Non. Cela ne doit surtout pas être une règle. C’est vraiment du cas par cas. 

À Écologie au centre, nous sommes très sensibles au principe de responsabilité et il faut que les criminels et les délinquants soient conscients de leurs responsabilités. Donc c’est très bien de penser au droit des criminelles et des délinquants, mais nous d’abord, on pense aux droits de la victime et des victimes potentielles, parce que si les multirécidivistes vous ne les arrêtez jamais, une fois qu’il a fait six infractions, il va en faire vingt… Et subir chez soit des gens qui viennent vous attaquer parque c’est devenu leur mode de vie, je trouve ça très grave. Je suis convaincu de l’effet dissuasif de cette mesure éventuelle du bannissement. »

Gregory Fiori
Gregory Fiori
Ex-rédacteur en chef

Laisser un commentaire

NOUS SUIVRE

PREVENTIONspot_imgspot_img

À lire aussi

Harcèlement scolaire : La mère de Lucas et le parquet général contestent la relaxation des accusés

La tragédie du jeune Lucas, 13 ans, qui s'est suicidé dans les Vosges, continue de susciter des réactions judiciaires. La mère de Lucas et le parquet général de Nancy ont décidé de se pourvoir en cassation suite à la décision de la Cour d'appel de Nancy, qui a relaxé quatre adolescents accusés de harcèlement.

Harcèlement scolaire : Introduction d’un questionnaire pour les élèves à partir du CE2

Le harcèlement scolaire, un problème récurrent et de plus en plus préoccupant, devient une priorité nationale. Le ministère a ainsi dévoilé un plan interministériel de lutte contre ce fléau, en mettant l'accent sur un nouveau questionnaire destiné aux élèves à partir du CE2.

Partager cet article

Newsletter

Les populaires

Les derniers articles
A lire aussi

Veridik : Un média indépendant qui s’est éteint en défendant la Liberté de la Presse en France

Veridik, un média indépendant, a été un acteur engagé dans la défense de cette liberté tout en formant la prochaine génération de journalistes. Cependant, malgré ses efforts inlassables, Veridik a été contraint de mettre fin à son existence en novembre 2023.

Augmentation du taux de pauvreté en France : Les inégalités sociales s’accentuent

Plus de neuf millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire en 2021, ce qui équivaut à 60% du revenu médian (soit 1 158 € par mois pour une personne seule).

Condamnation à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son ex-femme à coups de couteau

Un homme de 35 ans a été condamné à une peine de 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Loire, à Saint-Étienne, pour avoir tué son ex-compagne de plus de 50 coups de couteau en mars 2021 à Mably, près de Roanne.

Le violeur multirécidiviste Francis Evrard prépare sa sortie de prison en 2037 sous une nouvelle identité

Condamné à huit reprises pour des viols sur mineurs, il a récemment obtenu le droit de changer d'identité. Désormais, il porte le nom de sa mère, dont l'identité exacte n'a pas encore été divulguée.

Saint-Étienne domine Bourg-en-Bresse lors de son entrée en Coupe de France

Saint-Étienne a réussi une entrée en lice convaincante en Coupe de France, en remportant son match contre Bourg-en-Bresse-Péronnas sur le score de 3-0 lors du 7e tour de la compétition.

Nouveau plan gouvernemental pour lutter contre les violences envers les enfants

Ce plan, le troisième en quelques années, couvre la période 2023-2027 et met l'accent sur le renforcement des effectifs, la prévention et la sensibilisation.

Javier Milei remporte la présidentielle en Argentine avec un programme ultralibéral

L'Argentine a connu une nuit historique le dimanche 19 novembre, avec l'élection de l'économiste ultralibéral Javier Milei en tant que président du pays, remportant plus de 55% des voix.

Rassemblement à Nanterre en réaction à la libération du policier impliqué dans la mort de Nahel

Organisée par la mère de Nahel, la manifestation a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, unies dans le deuil et la protestation après la récente remise en liberté du policier impliqué.

David Rachline, maire de Fréjus, confronté à des accusations dans un nouveau livre, tout en conservant le soutien du RN

Malgré les critiques sévères formulées à son encontre, il continue de bénéficier du soutien indéfectible de son parti, notamment de figures telles que Marine Le Pen et Jordan Bardella.

Disparition du rappeur Morad de Scred Connexion, icône du Hip-Hop Français

Le monde de la musique hip-hop française vient de perdre l'un de ses talents marquants. Morad, membre emblématique du groupe Scred Connexion, s'est éteint récemment, laissant derrière lui un héritage indélébile dans le milieu du rap.

Neymar assigné aux Prud’hommes par une ancienne employée de maison

Neymar, célèbre footballeur international, fait face à une nouvelle affaire judiciaire. Selon Le Parisien, il est assigné aux prud’hommes par une mère de famille brésilienne en situation irrégulière, qui affirme avoir travaillé pour lui sans être déclarée.

Gilets Jaunes : cinq ans après, pas de condamnation pour les sas d’éborgnement

Cinq ans après les manifestations des Gilets jaunes, une enquête de l'AFP révèle qu'aucun policier ou gendarme n'a été condamné pour les 23 cas d'éborgnement survenus entre 2018 et 2019. Parmi ces victimes, un seul plaignant a bénéficié d'un procès, mais sans obtenir de condamnation.

Congrès des Maires 2023 : Une réunion cruciale pour aborder les défis et les violences

Cette rencontre annuelle, qui se déroulera le mardi 21 novembre, promet d'être une session de grande importance pour les maire

Mobilisations en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont défilé dans toute la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et exhortant le gouvernement français à s'engager davantage en faveur des Palestiniens. Ces mobilisations font suite à une augmentation des actes antisémites en France, en lien avec le conflit Hamas-Israël.

Adoption du projet de loi « Plein-emploi » : Réforme du RSA et nouvelles mesures pour l’emploi

Ce mardi 14 novembre, la réforme a franchi une étape décisive avec le soutien des députés et sénateurs, enregistrant un vote de 190 voix contre 147.

Sécurité renforcée dans les établissements scolaires Juifs d’Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la région, a annoncé la distribution de 355 boutons d'alerte aux établissements juifs, une décision prise en réponse à l'augmentation des actes antisémites dans la région.

Lyon-Turin : Engagement financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour les études du projet

La somme promise s'élève à 13 millions d’euros, ce qui représente environ un tiers de la participation attendue des collectivités locales.

Julien Stephan de retour à Rennes : Un nouveau chapitre pour le Club de Ligue 1

Dans un tournant surprenant pour le club de football du Stade Rennais, Julien Stephan est de retour en tant qu'entraîneur, succédant à Bruno Genesio.

Intervention du Raid à Toulouse : Arrestation de six personnes pour une agression violente

Dans une affaire complexe et sensible à Toulouse, six individus ont été arrêtés suite à une agression brutale, qui semble liée à des tensions internationales. En début de semaine, ces hommes, de nationalité jordanienne et palestinienne, ont été impliqués dans une attaque violente envers un individu dans la rue.

Suspension du sénateur Joël Guerriau soupçonné d’avoir drogué une députée

Dans un rebondissement significatif de l'affaire impliquant Joël Guerriau, le sénateur de Loire-Atlantique fait face à des conséquences immédiates suite à des accusations sérieuses. Le sénateur, soupçonné d'avoir administré de l'ecstasy à une collègue députée, a été suspendu par son groupe parlementaire et par le parti Horizons.

Pour publier nos articles sur votre site, merci de nous contacter.